4-3-3, Domenech insiste

Voir le site Téléfoot

4-3-3, Domenech insiste
Par Anthony PROCUREUR|Ecrit pour TF1|2010-05-26T07:50:07.000Z, mis à jour 2010-05-26T07:50:07.000Z

Et si les Bleus évoluaient en 4-3-3 en Afrique du Sud ? A Tignes, lundi, l'entraînement de l'équipe de France a confirmé le changement tactique aperçu samedi lors d'une précédente séance. Malouda et Ribéry ont été alignés ensemble à gauche. Raymond Domenech choisirait alors de sacrifier Anelka.

Et si Raymond Domenech opérait une petite révolution tactique chez les Bleus ? Acculé par le forfait de Lassana Diarra, il réfléchit à un changement de système pour l'Afrique du Sud. A Tignes, la tendance dessine clairement un passage au 4-3-3. Déjà, samedi, Abou Diaby évoluait devant Toulalan, qui était la sentinelle, et aux côtés de Gourcuff au milieu de terrain. Lundi, le patron de l'équipe de France a remis ça en positionnant cette fois Florent Malouda derrière Ribéry à gauche, leur côté de prédilection. Ce 4-3-3 donnerait ainsi: Sagna, Gallas, Abidal, Evra - Gourcuff, Toulalan, Malouda - Gignac, Henry, Ribéry. En fin de séance, Réveillère a pris la place de Sagna, et Clichy a pris celle d'Evra. Mais Sagna et Evra semblent avoir une longueur d'avance sur les deux autres joueurs. Reveillère n'a plus joué depuis 2005 chez les Bleus.


Jusque-là, Domenech était resté fidèle à un 4-2-3-1 avec deux milieux défensifs. Mis en place à l'origine pour Zidane, il avait permis l'éclosion de Yoann Gourcuff sous le maillot tricolore. Mais, depuis, le meneur de jeu des Girondins a perdu de sa superbe. Ces derniers temps, l'hypothèse d'un passage en 4-4-2 avait donc pris de l'ampleur. Cette organisation, adoptée au début de l'Euro 2008, permettait notamment à Thierry Henry de retrouver une position d'attaquant de pointe plus en accord avec ses qualités et sa forme du moment. Mais Domenech est passé maître dans l'art du contre-pied. Privé de Lassana Diarra, il pourrait donc faire confiance à Jérémy Toulalan comme seul milieu récupérateur. Dans ce nouveau système, le Lyonnais serait alors collé à la défense, les deux autres milieux étant plus proches des attaquants.


Anelka sacrifié ?


Si cette tendance se confirmait face au Costa Rica, mercredi, Raymond Domenech ferait alors le choix de sacrifier Nicolas Anelka. Régulièrement titulaire lors des éliminatoires, l'attaquant de Chelsea pourrait être le grand perdant de ce chamboulement, Valbuena, Govou et Cissé partant avec une longueur de retard pour occuper une place de titulaire en attaque. A moins que Gignac, loin d'être un spécialiste du poste, ne cède sa place à droite. En revanche, les deux grands gagnants seraient Malouda, qui revient dans l'équipe comme titulaire après avoir longtemps été barré à gauche par Henry, et Ribéry, qui obtiendrait enfin gain de cause, lui qui réclamait le poste gauche depuis si longtemps.


Malouda, barré à gauche par Henry, n'avait plus été titulaire depuis le 14 octobre 2009 et un France-Autriche (3-1) qui ne comptait plus en qualifications pour le Mondial, les Bleus étant déjà condamnés au barrage. Ribéry obtient gain de cause, lui qui postulait aussi sur le flanc gauche, "dézonant" ostensiblement vers ce côté quand Domenech le plaçait à droite, ce qui avait valu un rafraîchissement des relations entre les deux hommes. Le positionnement d'Henry dans l'axe devrait permettre d'utiliser le flair du capitaine emblématique devant le but (51 buts en 118 sélections), en lui épargnant les efforts au poste d'ailier gauche, lui qui s'est contenté d'un temps de jeu rachitique au Barça cette saison.


Gallas-Abidal dans l'axe


Le socle défensif est classique. Gallas est bien associé dans l'axe à Abidal. Gallas a versé des litres de sueur pour se remettre à niveau en gagnant Tignes trois jours avant les autres pour souffrir avec Robert Duverne, préparateur physique des Bleus. Mais Domenech, même s'il est optimiste, a toujours des réserves sur l'état du mollet gauche du Gunner (78 sélections). Le bout de match que Gallas devrait jouer mercredi à Lens contre le Costa Rica --"L'objectif n'est pas de le faire péter le plus vite possible, c'est de se dire qu'il soit apte" a expliqué Domenech dimanche-- sera sans doute décisif pour lui. Domenech avait promis "mouvements, expériences, changements", il tient parole.