A eux de jouer

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime DUPUIS, envoyé spécial|Ecrit pour TF1|2010-06-25T16:15:03.000Z, mis à jour 2010-06-25T16:15:03.000Z

Ils n'étaient pas en Afrique du Sud, certains sont déjà internationaux, d'autres non, mais tous incarnent le futur de l'équipe de France. Laurent Blanc piochera sans doute dans cette liste non-exhaustive pour reconstruire et envoyer les Bleus à l'Euro 2012.

Lister les prochains internationaux éventuels est un exercice périlleux et en aucun cas exhaustif. Pour autant, certains joueurs peuvent être identifiés comme ayant le profil pour faire partie de cette nouvelle équipe de France, appelée à se reconstruire après le fiasco de 2010. Parmi eux, on retrouve évidemment les deux grands oubliés de cette Coupe du monde : Karim Benzema (Real Madrid) et Samir Nasri (Arsenal). Laissés sur le bord de la route en raison de leur influence néfaste, ils ont prouvé, sans rien faire, que tous les maux de l'équipe de France ne reposaient pas sur eux, fleurons de la génération 87. Les Bleus n'ont pas besoin de Nasri et de Benzema pour se crasher et se déchirer. Les absents n'ont pas toujours tort.


Stéphane Ruffier (Monaco) n'est pas resté bien longtemps en Afrique du Sud et a sans dû se demander où il était tombé quand il est arrivé. Qu'il se rassure, ça devrait changer et l'actuel gardien de Monaco pourrait bien revenir. Il est clairement en concurrence avec Steve Mandanda (Marseille) et Cédric Carrasso (Bordeaux) désormais. D'autres ne sont pas venus jusqu'à Knysna mais n'étaient pas loin. Présents dans la liste des 30, Hatem Ben Arfa (Marseille), Jimmy Briand (Lyon), Adil Rami (Lille), Rod Fanni (Rennes) ou Yann M'Vila (Rennes) pourraient être plus que de simples recours... Tout comme un Moussa Sissoko (Toulouse), qui faisait partie du groupe France durant les qualifications. Ou encore Sylvain Marveaux (Rennes) et Yohann Cabaye (Lille) qui n'auraient pas fait tache avec les Bleus durant le Mondial.


Chalmé et Trémoulinas sur les côtés ?


William Gallas bientôt à la retraite, pas de problème. Derrière, ça pousse. On pense évidemment au défenseur qui grimpe et dont la cote monte en flèche : Laurent Koscielny. Le Lorientais, qui lorgne vers la sélection polonaise également, n'est pas demandé par Arsenal pour rien. Un départ en Angleterre pourrait accélérer une éventuelle arrivée chez les Bleus. Laurent Blanc l'aura à l'oeil. Tout comme il surveillera Mathieu Chalmé (Bordeaux), qu'il connait plutôt bien et ferait un choix très honnête pour le côté droit de la défense. Son alter ego girondin, Benoit Trémoulinas, devrait également rapidement avoir sa chance à gauche chez les Bleus.


En attaque, les solutions s'appellent principalement Loïc Rémy (Nice), Kevin Gameiro (Lorient) ou Guillaume Hoarau (Paris Saint-Germain). Un seul est international (Rémy) mais tous semblent avoir une carte à jouer dans les mois qui viennent. Il part d'un peu plus loin mais un joueur comme Emmanuel Rivière (Saint-Etienne) pourra peut-être aider l'équipe de France à sortir du marasme. Il y a du boulot. Mais on peut trouver des gars motivés.