"Aider la Juve à gagner"

Voir le site Téléfoot

'Aider la Juve à gagner'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-21T13:35:24.000Z, mis à jour 2009-10-21T13:35:24.000Z

Arrivé à la Juventus cet été, Diego nourrit de grandes ambitions. Que ce soit le Scudetto ou la Ligue des Champions, le meneur de jeu brésilien veut tout gagner. Opposé ce soir au Maccabi Haïfa, il veut rattraper les points perdus lors des deux matches nuls des Turinois.

DIEGO, en Ligue des Champions, la Juventus a concédé deux matches nuls lors de ses deux premiers matches. Aurez-vous la pression face au Maccabi Haïfa ?


D. : Nous n'avons pas bien débuté avec ces deux matches nuls mais je pense que nous avons encore le temps de nous rattraper et nous qualifier pour les 8e de finale. Il n'y a pas de matches faciles en Ligue des Champions. Certaines équipes sont des habitués dans cette compétition mais des surprises peuvent toujours arriver. Nous allons tout faire pour les éviter. Pour nous, tous les matches ont la même valeur et nous nous battrons pour les trois points quel que soit l'adversaire que nous affronterons.


Selon vous, la Juventus est-elle toujours favorite dans le groupe A aux côtés du Bayern, de Bordeaux et du Maccabi ?


D. : Qui est favori ? Mais il n'y a que de bonnes équipes dans ce groupe. Sur laquelle voulez-vous parier ? (Rires)


Alors que peut faire la Juve dans cette Ligue des Champions ?


D. : La Ligue des Champions est l'une des compétitions les plus difficiles du monde. Pratiquement tous les meilleurs joueurs et les meilleures équipes y participent. J'espère que nous pourront la remporter mais nous nous concentrons sur un match à la fois. C'est un long périple et nous devons l'aborder lentement et sereinement.


A titre personnel, vous vous êtes récemment blessé à la cuisse. Pensez-vous être aujourd'hui à 100 % ?


D. : C'était juste une réaction musculaire provoquée par un programme d'entraînement intensif. Aujourd'hui, j'ai retrouvé le rythme et je me sens bien. J'ai retrouvé la compétition depuis quelques matches et je suis sûr que je peux faire de mon mieux pour aider la Juventus à gagner.


Vous avez réussi vos débuts en Serie A avec un doublé face à l'AS Rome dès la deuxième journée. Vous sentez-vous déjà comme une star à Turin ?


D. : Je ne me vois pas du tout comme une star. Au contraire, je suis très heureux d'être à la Juventus. Les supporters de la Juventus me soutiennent. Je me sens reconnu pour le travail que j'accomplis. C'est agréable de recevoir ce soutien aussi rapidement. Mais j'espère en faire de plus en plus. Nous voulons remporter plus que des matches. Cette saison, notre but est de gagner le championnat et nous ne ménagerons pas nos efforts pour y parvenir.


Le Bayern Munich vous avait notamment contacté. Pourquoi avez-vous préféré Turin ?


D. : J'ai toujours suivi le football italien. Certains joueurs que j'admirais étant enfant évoluaient en Italie et, en particulier, à la Juventus. C'était un rêve de gosse. J'ai toujours eu une affection spéciale pour les Bianconeri et je suis fier et heureux d'en faire partie aujourd'hui. J'ai également vécu trois belles années en Allemagne avec le Werder Brême et je suis très reconnaissant pour cela. Je garderai toujours de bons souvenirs de l'Allemagne et du Werder.


On dit que vous aviez également été en contacts avec l'Inter Milan...


D. : Il y a beaucoup de spéculations durant le marché des transferts. Mes agents ont eu plusieurs contacts mais la Juventus a formulé une véritable offre et je suis heureux d'être ici. La Vieille Dame est l'équipe par laquelle je rêvais de jouer depuis que je suis un petit garçon.


La Juventus fait partie des favoris pour le Scudetto. C'est votre objectif prioritaire cette saison ?


D. : Oui. La Juventus a terminé à la deuxième place la saison dernière. Depuis, le club a recruté de nouveaux joueurs pour bâtir une grande équipe. Tous les joueurs ont le même but et la conviction que nous devons montrer notre meilleur football et donner le meilleur de nous-mêmes sur le terrain afin de l'atteindre. Nous jouons pour être champions. J'espère, et je crois, que nous pouvons le faire.