Dans l'actualité récente

Ajaccio-Montpellier : des paris suspects enregistrés

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-04-29T06:41:00.000Z, mis à jour 2013-04-30T10:42:43.000Z

Le match de la 34e journée de Ligue 1 entre Ajaccio et Montpellier a donné lieu à des mouvements suspects qui ont poussé certains opérateurs à suspendre la prise de paris sur cette rencontre. Scandale à venir ou simple précaution ?

L'AC Ajaccio, qui se bat pour le maintien, a remporté samedi un succès important (2-1) contre Montpellier, qui ne joue plus rien dans ce championnat. Le journal Le Midi Libre a révélé ce lundi que certains opérateurs ont décidé de suspendre dès le vendredi soir la prise de paris sur cette rencontre.

Un nombre anormal de mises
Le président de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) Jean-François Vilotte a confirmé la chose lundi à l'AFP : « Des opérateurs et l'Arjel ont constaté des mouvements de paris atypiques pour cette rencontre. Des opérateurs ont donc retiré les paris sur la rencontre car il y avait des risques financiers qu'ils ne voulaient pas prendre. » De son côté, la Française des Jeux révèle qu'il y a eu « un phénomène de parieurs forts sur l'équipe d'Ajaccio, qui était challenger dans cette rencontre. Compte tenu du niveau des mises, la FDJ a décidé par prudence financière de suspendre les paris. »

Des faits de jeu marquants
Revenons au terrain à présent et les circonstances de cette victoire obtenue par Ajaccio. A 0-0, le meneur héraultais Younès Belhanda exécute une Panenka sur un penalty accordé à Montpellier, facilement arrêtée par Guillermo Ochoa (46e). Finalement, le MHSC ouvre le score à la 56e minute grâce à Anthony Mounnier face à une équipe corse réduite à 10 suite à l'action ayant amené le penalty. Alors que les Montpelliérains ont le match en main, ils craquent dans les dix dernières minutes sur des buts de Delort (82e sur penalty) et Oliech (90e).

>VOIR LE PENALTY ETONNANT DE BELHANDA
Vers une nouvelle affaire ?
L'Arjel va enquêter sur ce match avant de décider de donner ou non une suite judiciaire à cette affaire. La FDJ explique quant à elle que la suspension des paris sur un évènement sportif se produit entre « cinq et dix fois par an, tous sports confondus ». Dans ce genre de cas, le principe de précaution prime et cela n'engage aucunement une quelconque responsabilité des clubs cités. Mais cette affaire rappelle forcément le scandale récent qui a éclaboussé le handball français.

La suite de cette affaire est désormais entre les mains de l'Arjel...