Algérie : Vahid Halilhodzic nouveau sélectionneur des " verts " !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-06-22T14:17:00.000Z, mis à jour 2011-06-22T14:25:55.000Z

La Fédération Algérienne de Football l'a officialisé ce mercredi : Vahid Halilhodzic est le nouvel entraineur de l'équipe nationale. Une arrivée qui, on l'espère, fera du bien aux " verts " !

L'Algérie va donc faire la connaissance d'un personnage « culte » du football Français. Le bosniaque parviendra-t-il à offir de nouveaux exploits à ce peuple fou de football, après la mythique Coupe du Monde 1982 des Madjer, Dahleb, Belloumi ?

Les fennecs sont aujourd'hui en position très précaire dans leur groupe de qualification pour la prochaine Coupe d'Afrique des Nations. 4ème et derniers avec 4 points, ils sont à 3 points de l'ennemi marocain, à égalité avec la Tanzanie et la République Centrafricaine malgré un match joué de plus. La 2ème place est malgré tout encore à portée, à condition de resserrer quelques boulons. Et effacer, peut être, le souvenir de ce 4-0 infligé par le Maroc, qui a coûté sa place à Benchika, précédent sélectionneur.

Pour remplacer l'entraineur Algérien, la fédération a donc choisi le Franco-Bosnien Halilhodzic, libre de tout contrat depuis son départ fracassant du Dynamo Zagreb, le 6 mai. Il était, selon, différentes sources, en concurrence avec une variété d'entraineurs plutôt prestigieux : Klinsmann, Dunga ou Paul Le Guen. Ses affinités avec le football Français (à Lille ou Paris), son expérience du football africain (Côte d'Ivoire) et même maghrébin (Raja Casblanca) ont sans doute fait la différence.

Le plus dur commence pour Halilhodzic. Il doit maintenant satisfaire les exigences du peuple Algérien, fou de sa sélection. Des exigences élevées si ce n'est irraisonnables, tenu compte des joueurs à sa disposition. Il devra composer avec les héros de Khartoum (qualification pour la Coupe du Monde arrachée à l'Egypte) et quelques jeunes talentueux (Boudebouz, Tafer), et donner une vraie identité à cette équipe, un peu comme l'a fait Erik Gerets pour le rival marocain.

Ce sera donc un étranger (ce n'est pas une première) qui aura la responsabilité de la plus belle vitrine du football algérien. Un football au potentiel énorme, qui n'a peut être besoin que d'un coup de pouce faire rêver tout le pays.