Allemagne, mieux que le Brésil 1958

Voir le site Téléfoot

Allemagne, mieux que le Brésil 1958
Par Cedric ROUQUETTE|Ecrit pour TF1|2010-07-03T22:15:03.000Z, mis à jour 2010-07-03T22:15:03.000Z

4-1 contre l'Angleterre et 4-0 contre l'Argentine. L'Allemagne vient de réaliser deux gros écarts consécutifs. Du jamais-vu en Coupe du Monde en deux matches à élimination directe consécutifs. Seul le Brésil de 1958 avait réalisé un enchaînement... presque comparable.

Sans même accorder une importance à la valeur des adversaires, la série que vient de réaliser l'Allemagne en huitième et en quart de finale de la Coupe du Monde 2010 est sans équivalent dans l'histoire du tournoi. Gagner un match à élimination directe par plus de trois buts d'écart est en soi assez rare. Enchaîner deux succès par de telles amplitudes - 4-1 contre l'Angleterre, 4-0 face à l'Argentine - cela n'était tout simplement jamais arrivé depuis que cette compétition existe, en 1930.


L'édition 1958, celle de l'éclosion du Brésil de Pelé, a vu s'accomplir deux enchaînements qui y ressemblent sans être comparables. Le Brésil, pour gagner son Mondial, avait écarté avec autorité la France en demi-finale (5-2) et la Suède en finale (5-2). L'écart cumulé (+6) est inférieur à celui de l'Allemagne (+7), mais on peut lui trouver une valeur supérieure puisqu'il a été réalisé en demi et en finale. Lors de la même édition, le France avait battu l'Irlande du Nord (4-0) en quart et la RFA (6-3) en petite finale. Mais elle avait perdu en demi entre-temps... Autre lointain cousin de ce fabuleux doublé : l'enchaînement du Brésil en 1970 contre l'Uruguay en demi (3-1) et l'Italie en finale (4-1). C'est beau, mais nous n'en sommes qu'à +5.


La règle, en Coupe du Monde, veut qu'un gros écart réalisé en match à élimination directe soit suivi d'une sortie de route. L'Italie de1970 (4-1 contre l'Uruguay) et le Brésil de 1998 (4-1 contre le Chili) avaient enchaîné par un succès avant de perdre en finale. Cette réussite n'a pas été celle du Brésil en 2006, de l'Angleterre en 2002, de l'Espagne en 1994, de la Tchécoslovaquie en1990, du Brésil, de l'Angleterre et de l'Espagne en 1986, tous éliminés dans la foulée de leur promenade. Le plus gros écart réalisé en match à élimination directe en Coupe du Monde a été le huitième de finale entre l'Italie et les Etats-Unis en 1934 (7-1). L'Allemagne n'avait plus été concernée par de tels écarts à ce niveau depuis 1966 (4-0 contre l'Uruguay).