Amiens-Lille : plusieurs blessés, dont certains graves, après l'effondrement de la barrière de sécurité d'une tribune

Voir le site Téléfoot

RTS1EK8Y
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-10-01T09:33:49.829Z, mis à jour 2017-10-01T16:01:40.692Z

Images d'effroi, samedi soir, à Amiens après l'effondrement de la barrière de la tribune réservée aux supporters du LOSC.

C'est le genre d'images que l'on ne veut jamais voir : samedi soir, après l'ouverture du score du LOSC, la barrière de la tribune attribuée au kop lillois a cédé. Le bilan est lourd : 29 blessés, dont 5 dans un état grave.

Résumé des faits

Sportivement, on passait tout juste le premier quart d'heure du match et Fodé Ballo-Touré avait fini par trouver la faille dans la défense amiénoise pour ouvrir le score. Son but a logiquement provoqué une montée de joie chez les supporters, mais elle s'est transformée en cauchemar. Sous la pression du kop, la barrière de sécurité a cédé devant les 500 personnes et plusieurs sont donc tombées de haut, comme un "château de cartes" selon certains témoignages. Samedi soir, le bilan faisait état de 29 blessés, dont 5 dans un état grave, sans que leur pronostic vital ne soit engagé.

Rencontre arrêtée

Après plusieurs minutes passées à évacuer les victimes de cette tragédie, les instances se sont réunies afin de décider si, oui ou non, il était judicieux de continuer dans ces conditions. Sans surprise, pour des questions de sécurité, le derby entre Amiens et Lille a été arrêté. "A cette heure, on est incapable d'expliquer pourquoi la barrière a cédé. C'est un drame, un drame qui malheureusement peut arriver dans beaucoup de stades" confie Alain Gets, président d'Amiens Métropole. Pour le moment, l'heure n'est pas à chercher un coupable même si les divers camps se renvoient la faute.

Une enquête ouverte

Une enquête a bien évidemment été ouverte afin de prendre connaissance de l'origine de l'accident et si, par exemple, la barrière n'était pas un peu trop vétuste pour contenir des ultras. "Il y a une enquête ouverte et il appartiendra aux enquêteurs d'établir pourquoi cette barrière a cédé. Nous allons tout faire pour ne plus voir ça dans un stade" explique Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. La commission des compétitions va également devoir déterminer si le match doit être rejoué ou non et, si oui, quand.