Anelka inquiet

Voir le site Téléfoot

Anelka : 'J'ai su rebondir
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-19T09:32:00.000Z, mis à jour 2010-04-19T09:32:00.000Z

Alors que la Coupe du monde approche à grands pas, Nicolas Anelka s'inquiète pour l'équipe de France. Interrogé par Orange Sport, l'attaquant de Chelsea a confié qu'il fallait que ça change. "On ne peut pas continuer à prendre des leçons de football comme on en a pris contre l'Espagne", lance-t-il.

Nicolas Anelka n'est pas un grand bavard. Quand il décide de prendre la parole, c'est rarement pour rien. Interrogé par Orange Sport, l'attaquant de Chelsea a donné son avis sur l'équipe de France et émis de gros doutes quant à la compétitivité des Bleus lors de la prochaine Coupe du monde (11 juin - 11 juillet). Pour lui, la sélection dirigée par Raymond Domenech va devoir mettre les bouchées doubles avant de partir en Afrique du Sud : "Il va falloir qu'on travaille pour trouver la solution, sinon ce n'est pas possible, on va partir au bout de trois matches", lance-t-il catastrophé.


Ribéry déclare forfait

Au coeur de ses inquiétudes et de sa réflexion, la défaite cinglante concédée le 3 mars dernier face aux Champions d'Europe espagnols. Ce soir-là, l'ancien joueur du Paris Saint-Germain a senti qu'un gouffre séparait l'Espagne et les Bleus : "On ne peut pas continuer à prendre des leçons de football comme on en a pris contre l'Espagne par exemple." Pourquoi une telle différence entre les deux sélections nationales ? "Je n'arrive pas à l'expliquer, on a les joueurs, on a les qualités pour faire quelque chose de bien. Au niveau du positionnement, tactiquement, au niveau de la confiance, les mecs (les Espagnols) n'ont rien à voir avec nous. Ils ont du jeu, ils savent où ils vont aller, par où ils vont passer... Quand c'est bloqué d'un côté, ils changent de côté... Ils connaissent le football ! Tant qu'on n'aura pas ça, il n'y aura rien du tout", assène-t-il.


"Une D1 contre une D4"


"Tu ne peux pas perdre 2-0 comme ça. C'était vraiment ridicule. On le sait tous, on s'est fait tuer sur le terrain. C'était une D1 contre une D4, assure-t-il sans concession. C'est la vérité. On aurait dit des pros contre des amateurs". Le diagnostic réalisé par l'attaquant de Chelsea est le bon. A n'en pas douter. Trouver le remède s'annonce plus difficile. D'autant que le temps est compté. La Coupe du monde approche à grands pas et l'Uruguay, le Mexique et l'Afrique du Sud - les trois adversaires des Tricolores au premier tour - n'attendront pas que la bande de Raymond Domenech ait réglé ses problèmes pour lancer l'assaut.