Angleterre : le sélectionneur Sam Allardyce impliqué dans un scandale de corruption

Voir le site Téléfoot

Sam Allardyce
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-09-27T09:18:22.308Z, mis à jour 2016-09-27T09:30:11.285Z

Sam Allardyce, sélectionneur de l’équipe d’Angleterre depuis juillet, a été piégé par des journalistes. Dans un entretien en caméra cachée, il a admis avoir accepté une forte somme d’argent pour contourner une loi de la Fifa.

Voilà une nouvelle qui ne va pas redorer le blason des élites du football, déjà mis à mal par les suspicions de corruption au sein de la Fifa et de l’UEFA. Hier, lundi 26 septembre, le quotidien britannique The Telegraph a publié une enquête édifiante sur Sam Allardyce.

Une combine pour contourner une règle stricte de la Fifa

Celui qui a été nommé sélectionneur de l’équipe d’Angleterre en remplacement de Roy Hodgson après le fiasco de l’Euro 2016 (élimination en huitièmes de finale face à l’Islande) a été pris au piège par des journalistes s’étant faits passer pour des représentants d’une firme asiatique soi-disant intéressée par un investissement dans le juteux marché des transferts britanniques.

A ses interlocuteurs, Sam Allardyce explique qu’il peut leur permettre de contourner la règle sur le Third party ownership (tierce propriété dans le football), cette pratique qui permet à plusieurs investisseurs de posséder les droits d’un footballeur. Ce fut le cas par exemples pour Carlos Tevez, Javier Mascherano, Radamel Falcao ou encore Eliaquim Mangala. Depuis le 1er mai 2015, les TPO sont interdits par la Fifa. La Fédération anglaise s’était déjà prononcée contre en 2008.

Il tacle Roy Hodgson, Gary Neville, la FA, des joueurs d’Arsenal…

Mais Sam Allardyce semble connaître le moyen de passer outre la législation édictée par l’instance régissant le football mondial. Il aurait négocié un accord d’environ 460 000 euros pour la contourner et faire affaire avec ces faux investisseurs. L’ancien coach de Bolton notamment a même expliqué que ce n’était « pas un problème » pour lui d’éviter ces règles « ridicules ».

De toute évidence, la langue de Sam Allardyce se délie lorsqu’il ne se croit pas filmé. Le sélectionneur a aussi critiqué son prédécesseur, Roy Hodgson, lâché par ses joueurs à la fin de son mandant, « trop indécis » et incapable selon lui de motiver un groupe parce qu’« il n’a pas la personnalité pour cela ». L’ancien assistant de Roy Hodgson, Gary Neville, en prend aussi pour son grave : « Gary avait une mauvaise influence sur lui (Hodgson). Il (Hodgson toujours) aurait dû lui dire de s’asseoir et de se taire ». Il égratigne aussi la Fédération anglaise, qui a « stupidement dépensé plus d’un milliard d’euros pour Wembley et en paye toujours la dette ». Sam Allardyce se dit aussi sceptique à propos de Joe Hart, Jack Wilshere et Alex Oxlade-Chamberlain, des joueurs qui ne jouent pas suffisamment.

en savoir plus : Equipe d'Angleterre de Football