Dans l'actualité récente

Deux ans de prison requis contre Neymar !

Voir le site Téléfoot

Cameroun-Bresil - Neymar Chauffe01
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-11-24T10:26:39.820Z, mis à jour 2016-11-24T14:26:42.553Z

Déjà accusé de fraude fiscale, l'attaquant du FC Barcelone se retrouve au cœur d'une autre affaire judiciaire.

Décidément, la vie n’est pas toujours rose pour les stars du ballon rond. Après Karim Benzema mis en examen dans l’affaire de la sextape ou Serge Aurier, condamné à deux mois de prison ferme suite à une altercation avec des policiers, c’est au tour de Neymar de se retrouver devant la justice.

En plus des accusations de fraude fiscale qui pèsent sui lui, le capitaine de la seleçao est également au centre d’une vaste affaire d’escroquerie autour de son transfert au FC Barcelone en janvier 2013.


Une partie du montant du transfert dissimulé

L'attaquant est ainsi accusé d'avoir tenté de dissimuler à un fonds financier brésilien le montant réel de son transfert. En effet, au moment de son arrivée en Espagne, 40% de ses droits appartenaient à une société brésilienne DIS qui reproche au joueur et au club catalan de s’être arrangés pour dissimuler le montant réel de la transaction afin de minimiser la part qui devait lui être reversée.

Alors que le montant officiel du transfert a été chiffré par le Barça à 57,1 M€, dont 17,1 M€ pour son ancien club Santos, le montant réel est estimé à plus de 83,3 M€. Une différence sur laquelle la DIS n’aurait donc rien touché.


De la prison ferme pour Neymar et Rosell ?

En réparation du préjudice, la justice espagnole a requis contre le joueur une peine de deux ans de prison, une inhabilitation de trois ans pour l'exercice d'une profession industrielle ou commerciale et une amende de dix millions. Bref une interdiction de jouer au football pour cinq ans.


Comme en Espagne les peines inférieures ou égales à deux ans sont rarement exécutées, sauf en cas de récidive, le joueur ne devrait pas se retrouver derrière les barreaux. En revanche, l’ancien président culé Sandro Rosell, contre qui la justice a requis cinq ans de prison ferme, a plus de raisons d’être inquiet.