Dans l'actualité récente

Après le classico, Emery est-il en train de perdre son vestiaire ?

Voir le site Téléfoot

Unaï Emery PSG
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-10-24T09:03:06.405Z, mis à jour 2016-10-24T09:04:17.217Z

Le match raté contre l'OM au Parc des Princes a laissé des traces au PSG où l'entraîneur espagnol est chahuté.

Après le match nul, dans tous les sens du terme, du Paris Saint-Germain contre Marseille au parc, la pression est de plus en plus forte autour de son nouvel entraîneur Unai Emery. Alors que le coach espagnol était déjà remis en question dans les médias, les critiques semblent désormais venir de l’intérieur.

La sortie de Verratti fait polémique

Ces tensions internes ont été cristallisées à la 58ème minute de la rencontre par le remplacement de Marco Verratti par le milieu des Bleus Blaise Matuidi. Visiblement mécontent de sortir, l’international italien a immédiatement dit sa façon de penser à son coach (en prenant toutefois le soin de mettre sa main devant sa bouche) mais s’est surtout tourné vers ses coéquipiers pour se plaindre.

La scène, captée par les caméras est sans équivoque sur l’incompréhension du petit milieu relayeur. Lançant : « Mais c’est quoi ça ? Je suis mal ? Il dit que je suis mal ? », il critique clairement les choix d’Emery. Une scène qui fait écho aux remplacements déjà tendus de Motta et Di Maria.


Malgré un vestiaire remonté, Emery joue l'apaisement 

Si les performances de ces cadres depuis le début de saison font légitimement débat et que leur sortie n’a rien d’illogique, c’est la capacité de leur entraîneur à en tirer le meilleur qui pose question au sein du vestiaire parisien. Le capitaine Thiago Silva serait ainsi, selon certaines indiscrétions, particulièrement remonté contre le remplaçant de Laurent Blanc.

Ce dernier a néanmoins tenu à éteindre tout de suite l’incendie en soulignant en conférence de presse qu’il « était normal que Verratti et Di Maria soient énervés de sortir ». Insistant sur le fait qu’il « préfère un joueur qui soit énervé de sortir parce qu’il veut jouer », il a cependant confirmé que ce choix « était le bon pour l’équipe ».

Si la situation reste en apparence sous contrôle ; le technicien espagnol devra vite reprendre la main sur son vestiaire sous peine de se retrouver dans une situation de moins en moins confortable.