Après France-Espagne, Gerard Piqué allume le Real Madrid et se clashe avec Sergio Ramos

Voir le site Téléfoot

Gerard Piqué et Sergio Ramos (Espagne) VS France
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-03-29T10:58:39.292Z, mis à jour 2017-03-29T15:22:01.618Z

La victoire en amical de l’Espagne au Stade de France contre les Bleus (0-2), marquée par l’arbitrage vidéo, a curieusement relancé la rivalité Real Madrid-FC Barcelone. Gerard Piqué s’en est pris aux Madrilènes, y compris à son coéquipier Sergio Ramos. Ce dernier n’a pas tardé à lui répondre.

Rivalité Real-Barça starring Gerard Piqué & co, épisode… on ne les compte plus. Mardi 28 mars, l’Espagne s’est imposée contre la France au Stade de France (0-2) grâce à un penalty de David Silva et une réalisation de Gerard Deulofeu. Une rencontre amicale marquée par l’usage de l’assistance vidéo, qui a annulé à juste titre un but d’Antoine Griezmann (Layvin Kurzawa était hors-jeu) et a validé celui de Deulofeu (qui avait été refusé au préalable pour un hors-jeu inexistant). Comment en est-on alors arrivé à relancer le vieil antagonisme entre la capitale et la Catalogne ?

Piqué tance le Real, Ramos et ceux qui critiquent la remontada contre Paris

Eh bien justement, c’est en évoquant l’arbitrage vidéo que tout est (re)parti. Quelque peu taquin, Gerard Piqué a confié que le match et les décisions arbitrales ont tourné en faveur de la Roja "parce qu’on jouait en blanc"… une référence claire au maillot blanc du Real Madrid, club taxé par ses opposants de bénéficier de la bienveillance des hommes en noir.

Le défenseur catalan en a remis une couche en évoquant la victoire historique du Barça contre le PSG en huitième de finale retour de la Ligue des champions (6-1). Un succès durant lequel les choix de l’arbitre allemand, M. Deniz Aytekin, ont fait beaucoup parler en France, à Madrid et au sein de l’UEFA, entre le penalty litigieux accordé à Luis Suarez, le penalty non accordé à Angel Di Maria après un tacle par derrière de Javier Mascherano (qui a avoué avoir fait faute), la non-expulsion de Gerard Piqué pour une faute sur Edinson Cavani, le coup porté par Neymar à Marquinhos…

Des fans du Real Madrid ont fini par lancer une pétition (qui n’avait aucune chance d’aboutir) pour que soit rejoué le match ! De quoi agacer Piqué, qui a déclaré hier soir : "Vous débattez de la remontada contre le PSG, de sa valeur, mais personne ne parle du but en position de hors-jeu de Sergio Ramos en finale de la Ligue des champions (en mai 2016 contre l’Atlético de Madrid, 1-1, 5 tirs au but à 3 pour le Real Madrid, ndlr)".

Le Barcelonais accuse aussi "ceux qui tirent les ficelles"

Gerard Piqué avait décidément beaucoup de piques à lancer après France-Espagne. Interrogé sur la récente prise de position de Raul, légende du Real qui ne serait pas contre une collaboration au Barça, l’arrière central a déclaré que lui ne rejoindrait "jamais" la Maison Blanche, d’une façon ou d’une autre, car il "n’aime pas les valeurs que transmet le Real Madrid".

Il a de nouveau évoqué les accusations selon lesquelles le club merengue est très proche du pouvoir espagnol et de la justice : "Je n’aime pas voir ces personnalités en tribune présidentielle qui tirent les ficelles du pays. La personne qui a accusé Messi et Neymar (une affaire avec le fisc pour l’Argentin et une affaire sur le montant de son transfert en provenance de Santos pour le Brésilien, ndlr) et qui a, soit dit en passant, eu un traitement différent avec Cristiano Ronaldo, est assise aux côtés de Florentino Perez au stade Santiago-Bernabeu", a assène Piqué.

Ramos se souvient du Chelsea-Barcelone de 2009…

Son binôme dans la charnière centrale de l’Espagne, Sergio Ramos, n’a pas tardé à réagir. Le capitaine de la Roja estime que les mots de Gerard Piqué ne vont changer "ni les valeurs, ni l’écusson, ni l’histoire, ni les titres du Real Madrid" et que "dans toutes les tribunes présidentielles, il y a des gens qui tirent les ficelles". Ramos tempère aussi les accusations de complaisance des arbitres avec le Real : "Si on fait une balance générale, les Barcelonais devraient plus se la fermer que nous… Je pense au but d’Iniesta. Ils ne peuvent pas parler d’arbitrage, surtout cette année".

Ce "but d’Iniesta" fait référence à la demi-finale retour de la Ligue des champions 2009 entre Chelsea et le FC Barcelone. Après un match aller conclu sur le score de 0-0 au Camp Nou, les deux clubs s’affrontaient à Stamford Bridge. Michael Essien ouvrit rapidement le score pour les Blues. Mais ensuite, l’arbitre M. Tom Ovrebo prit plusieurs décisions défavorables à Chelsea : penalty non accordé à Didier Drogba pour une faute d’Eric Abidal, penalty non accordé à Florent Malouda pour une faute de Daniel Alves, décision litigieuse sur un tacle de Yaya Touré sur Didier Drogba dans la surface, penalty non accordé pour une main de Gerard Piqué dans la surface devant Nicolas Anelka…

Finalement, le Barça se qualifia sur un but in extremis d’Andrés Iniesta (1-1). Chelsea enragea une dernière fois quand M. Ovrebo n’accorda rien quand, dans les arrêts de jeu, le Barcelonais Samuel Eto’o repoussa de la main une ultime frappe de Michael Ballack dans la surface…

Et pourtant, tout baigne entre Piqué et Ramos !

Est-ce pour autant la guerre entre Gerard Piqué et Sergio Ramos ? Pas du tout ! En tout cas, pas selon le Madrilène, qui a assuré que la relation entre les deux défenseurs est "magnifique". En tout cas, si conflits il y a, ça ne s’est pas vu sur le terrain tant les Espagnols ont été supérieurs aux Français.

Pour preuve que tout va bien entre les deux joueurs, Sergio Ramos a raconté une conversation entre lui et le Blaugrana dans les travées du Stade de France après la victoire contre les Bleus : "J’ai dit à Piqué ‘le blanc te va très bien, en blanc, tu serais plus fort’. On se lance des petites piques, mais toujours dans un bon esprit".

en savoir plus : Equipe d'Espagne de Football, Equipe de France de Football