Dans l'actualité récente

Arbitrage vidéo : la Serie A s’y met dès la saison prochaine

Voir le site Téléfoot

Arbitrage vidéo
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-23T13:40:30.124Z, mis à jour 2017-04-23T16:22:23.970Z

Sauf refus de la part de la FIFA, les arbitres de Serie A pourront faire appel à la vidéo à partir de la saison prochaine.

L’arbitrage vidéo devrait être autorisé la saison prochaine en Serie A. Ce sera le premier grand championnat européen à instaurer cet outil censé faciliter le travail des arbitres en évitant au maximum les décisions litigieuses.

La Serie A en mode pionnière

L’Italie a décidé d’emboiter le pas aux Pays-Bas, qui a annoncé il y a peu l’instauration de l’arbitrage vidéo dans son championnat de football à compter de la saison 2018-2019. La Serie A ira plus vite et entend pousser son introduction dès cette année. Marcello Nicchi, président de l’Association des officiels italiens, a officialisé l’information, « Nous commencerons à utiliser la vidéo dès la première journée du prochain Championnat (…). Nous attendons encore l'approbation du Board de la FIFA. »

Déjà en place pour la finale de la Coupe d’Italie

L’intéressé a ajouté, « Mais pour la finale de la Coupe d'Italie, ce sera déjà en place. » Les instances italiennes veulent donc faire avancer rapidement les choses concernant le recours à l’arbitrage vidéo, un sujet encore très discuté et qui prête à débat entre les défenseurs et les réfractaires. En tout cas, son arrivée en Serie A, qui fait figure d’exemple, pourrait accélérer l’adoption dans d’autres championnats.

La France tâtonne encore

En France, l’arbitrage vidéo est encore en phase de test. Le dispositif a par exemple été essayé durant le match amical entre la France et l’Espagne tandis que la LFP l’expérimentera à nouveau pour le barrage entre le 18e de Ligue 1 et le 3e de Ligue 2 programmé en mai. « Cette innovation s'inscrit dans le cadre du travail mené avec la Direction Technique de l'Arbitrage pour améliorer l'arbitrage, et donc notre championnat » confie Didier Guillot, le directeur général. Pour autant, l’utilisation en Ligue 1 semble encore loin.