Argentine : Bauza, sélectionneur chanceux ou cadeau empoisonné ?

Voir le site Téléfoot

error
Par La REDACTION|Ecrit pour TF1|2016-08-02T10:57:52.241Z, mis à jour 2016-08-03T08:46:48.364Z

Il s’appelle Edgardo Bauza, il succède à Gerardo « Tata » Martino au poste de sélectionneur de l’Argentine… et il a du boulot !

A 58 ans, Edgardo Bauza vient d’être nommé sélectionneur de l’Argentine. Quasiment inconnu en Europe, c’est un technicien reconnu en Amérique du Sud, remarqué notamment pour ses performances à la tête du club équatorien de la LDU Quito. Le natif de Santa Fe a du pain sur la planche pour remettre l’Albiceleste sur les bons rails.

Des performances en trompe l’oeil

Une sélection qui vient d’enchaîner trois finales majeures de suite (Coupe du monde 2014, Copa America 2015 et 2016), perdues certes, n’est a priori pas malade. Sauf qu’il s’agit de l’Argentine de Lionel Messi. Les attentes autour de l’Albiceleste sont telles que ces trois revers de rang ont laissé des traces, provoquant même la retraite internationale du meilleur joueur de la planète.

Convaincre Lionel Messi

A l’issue de la dernière finale de Copa America perdue une fois de plus face au Chili, Leo Messi a décidé de quitter la sélection. Une décision que regrettent tout un peuple et le monde du foot en général. La mission principale du nouveau sélectionneur est évidemment de convaincre « La Pulga » de changer d’avis. Pas impossible, puisque le joueur âgé de 29 ans avait déjà laissé entendre avant cette nomination qu’il pourrait revenir en sélection si la Fédération intronisait Marcelo Bielsa. En tout cas, Bauza affirme de son côté qu’il n’a pas à convaincre Messi de quoi que ce soit. Sans doute pour s’éviter une pression supplémentaire…

Réussir avec une génération en or

Edgardo Bauza dispose d’un vivier de joueurs au talent immense. Lionel Messi mis à part, le sélectionneur peut aligner des Angel Di Maria, Javier Pastore, Gonzalo Higuain… sans compter les nouvelles pépites émergentes comme Paulo Dybala. De quoi ambitionner le trophée suprême en 2018.


Edgardo Bauza se retrouve au volant d’une Ferrari, avec la victoire pour unique objectif.