Argentine : Le président de la fédération vole au secours de Messi

Voir le site Téléfoot

Lionel Messi dans la dernière pub adidas
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-07-04T14:55:00.000Z, mis à jour 2011-07-04T16:40:34.000Z

Alors que Leo Messi essuie des critiques pour ses performances en Copa America, Julio Grondona, président controversé de la Fédération Argentine de Football, a défendu la star de sa sélection.

La Copa America 2011 se déroule actuellement en Argentine.Le pays tout entier ne s’occupe pourtant que d’un seul homme, Leo Messi, qui porte bien son nom : l’Argentine attend de lui qu’il lui offre enfin le trophée, qui lui échappe depuis 1993.




Les Argentins sont évidemment très fiers des exploits de Messi avec le FC Barcelone. Fiers de leur déjà double ballon d’Or. Oui maisvoilà, Messi ne gagne pas avec l’Argentine, poussive depuis Maradona-joueur. Avantde remporter la Coupe du Monde que son pays attend de lui, cette Copa America organisée à la maison est presque un minimum syndical pour le numéro 10. Lorsde son premier match, l’Argentine a déçu, concédant le nul face à la Bolivie. Messi, pourtant volontaire et parfois brillant, agace ses compatriotes.




L’Argentine trépigne d’impatience, frustrée de voir le talent du meilleur joueur du monde gâché de cette façon. Le président de lafédération, Julio Grondona, donne son diagnostic : « Messi ne joue jamais mal, ceux qui jouent mal sont ceux qu’il a autour de lui ». Il évoque même le positionnement bâtard de l’attaquant blaugrana :« Puisque le ballon ne parvient pas à Messi, il descend la récupérer ».Effectivement, la Pulga semble souvent partir de trop loin avec l’Argentine. Mais Xavi et Iniesta ne sont pas Argentins…




Aujourd’hui âgé de 79 ans, Julio Grondona est président dela fédération Argentine (AFA) depuis… 1979, et il la dirige d’une main de fer. Il est surtout connu pour ses relations tumultueuses avec ses sélectionneurs, qu’il ne protège jamais vraiment (Maradona et Batista, dernièrement, peuvent en témoigner) et pour son implication dans diverses affaires de corruption. Pour couronner le tout, ses commentaires violemment antisémites sur l’arbitrage avaient défrayé la chronique en 2003.


Dans la foule des critiques (peut-être ingrates), Lionel Messi peut donc compter sur un soutien, même si celui-ci n’émane pas d’un personnage très recommandable. A lui de convaincre les sceptiques et rallier le peuple Argentin qui, au fond, ne demande que ça.