Dans l'actualité récente

Arsenal : Les Gunners jouent gros contre Fenerbahçe

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Emmanuel GUERIN|Ecrit pour TF1|2013-08-21T14:37:00.000Z, mis à jour 2013-08-21T14:40:09.000Z

Décidément, les saisons se suivent et se ressemblent pour Arsenal. Mais jamais, Arsène Wenger n'a été mis sous pression si tôt dans la saison. Les Gunners affrontent Fenerbahçe ce mercredi soir, une rencontre déjà capitale.

Arsenal a démarré sa saison par une défaite. Face à Aston Villa, les Gunners, Laurent Koscielny en tête, ont vécu une rencontre cauchemardesque : deux penaltys encaissés, un carton rouge et une défaite 3 buts à 1. Depuis, le public gronde et somme le manager français d'accélérer le recrutement. Dans ce climat tendu, les Canonniers se déplacent ce mercredi soir sur la pelouse de Fenerbahçe (20h45).

Apaiser la situation
Quatrième de Premier League la saison dernière, le club londonien est obligé de passer par les barrages pour atteindre les phases de groupes de la Ligue des Champions. Le tirage n'a pas épargné les Gunners, ce sera le club stambouliote. Les joueurs d'Arsenal n'ont pas le droit à l'erreur. Une qualification pourrait redonner le sourire aux fans. A l'inverse, une élimination mettrait définitivement le feu aux poudres.

Wenger se défend
Le technicien alsacien est au centre des critiques, son recrutement est pointé du doigt. Arsène Wenger tient toutefois à rappeler qu'il a souvent eu le nez creux par le passé. « Je tiens à rappeler qu'au cours des seize dernières années, nous avons connu beaucoup de succès avec nos transferts. Si vous regardez nos joueurs demain (ce soir, NDLR), ce sont des éléments de très haut niveau, il ne faut jamais l'oublier ».

Des tentatives infructueuses
Arsène Wenger a pourtant essayé de recruter des joueurs majeurs (Suarez, Rooney...) et sa manière de faire n'a pas été appréciée. Alan Pardew a vivement critiqué les méthodes d'Arsenal dans le dossier Cabaye. Le Français contre-attaque. « Nous ne voulons déstabiliser personne. Pas Newcastle, personne (...) Vous ne pouvez pas nous reprocher d'un côté de ne pas acheter et de l'autre côté, quand nous essayons d'acheter, nous critiquer également. C'est un peu contradictoire... »

Mais pour l'heure, la priorité est de bien négocier le match aller des barrages qui se dispute ce soir à Istanbul (20h45).