Arsenal-Man Utd : voici à quoi ressemblaient les Gunners la dernière fois qu’ils ont gagné à Old Trafford… il y a 10 ans !

Voir le site Téléfoot

Arsenal en 2006 avec Rosicky, Adebayor, Eboué et Djourou
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-11-17T15:45:52.223Z, mis à jour 2016-11-17T15:56:45.759Z

Old Trafford, l’antre de Manchester United, n’est pas un lieu qui sourit à Arsenal. Cela fait 10 ans que les protégés d’Arsène Wenger n’ont plus gagné là-bas. Redécouvrez les derniers Gunners vainqueurs des Red Devils chez eux.

C’est l’une des grosses affiches de ce week-end du 19-20 novembre. En Premier League, les fans de ballon rond vont suivre avec attention le match entre Manchester United et Arsenal (samedi à 13h30). Cette rencontre va marquer les retrouvailles entre José Mourinho et Arsène Wenger. L’entraîneur français peine beaucoup dans ses confrontations face au Portugais : il est mené 1 victoire à 8, pour 6 matchs nuls ! Le compte est dur : Arsenal n’a remporté qu’un seul match sur les 15 derniers disputés face à une équipe dirigée par le Special One (toutes compétitions confondues).

Maintenant que José Mourinho a quitté Chelsea, qu’en sera-t-il avec Manchester United ? Les Gunners sont mieux partis en championnat (4e avec 24 points, à 2 points des co-leaders Liverpool et Chelsea) que les Mancuniens (6e avec 18 points et déjà 3 défaites). Mais la forme actuelle ne suffira peut-être pas pour les Londoniens, car Old Trafford est un stade quasi maudit pour eux. En Premier League, cela fait 10 ans qu’ils n’ont plus gagné à United.

C’était un 17 septembre de l’année 2006. José Mourinho était encore à Chelsea, sir Alex Ferguson officiait à Manchester United et Arsène Wenger s’apprêtait à fêter ses 10 ans à Arsenal. A Old Trafford, ce jour-là, ce sont les Gunners qui s’imposèrent dans les dernières minutes (0-1). Parfaitement servi par Cesc Fabregas, Emmanuel Adebayor marqua le but de la victoire du bout du pied. Rappelez-vous de ces joueurs…

Jens Lehmann


Le vétéran allemand, successeur de l’illustre David Seaman en 2003, garda sa cage inviolée ce jour-là. La triplette Cristiano Ronaldo-Wayne Rooney-Louis Saha soutenue par Paul Scholes ne parvint pas à le prendre à défaut. L’entrée en jeu du super-remplaçant n’y changea rien.

William Gallas


Las de jouer à gauche à Chelsea, William Gallas quitta les Blues après la Coupe du monde 2006. Il reste à Londres donc, direction Arsenal où une place dans l’axe de la défense l’attendait aux côtés de Kolo Touré. Signe particulier : le Français prit le n°10, fait rare pour un défenseur. Contre United, il tint la maison Arsenal avec Emmanuel Eboué et Johann Djourou. Quatre ans plus tard, Gallas quitta Arsenal pour… Tottenham, le rival honni.

Cesc Fabregas


L’Espagnol n’avait que 19 ans mais déjà trois saisons de Premier League dans les jambes. Le départ de Patrick Vieira en 2005 lui permit de prendre une place essentielle dans le onze de Wenger. Plaque incontournable de l’entrejeu des Gunners, Fabregas brilla à Old Trafford. Son activité et sa vista amenèrent le but de la victoire. Sa complémentarité avec Gilberto Silva sauta encore aux yeux.

Aleksandr Hleb


Très polyvalent, le Biélorusse était l’un des symboles de la réussite d’Arsenal en matière de transfert. En trois saisons, Aleksandr Hleb s’imposa comme un leader de l’équipe anglaise. Malheureusement pour lui, la suite fut bien moins brillante. Son expérience à Barcelone tourna au fiasco. Depuis, il s’est aventuré en Russie, en Turquie, et chez lui au BATE Borisov.

Tomas Rosicky


Le petit Mozart du foot tchèque quitta le Borussia Dortmund pour Arsenal juste avant le Mondial 2006 durant lequel il se mit en valeur en marquant un doublé contre les Etats-Unis, dont une frappe magistrale de 30 mètres. Le Tchèque passera 10 années très mitigées à Arsenal. Très souvent blessé, il ne put jamais réaliser une saison pleine. Il signa même des saisons blanches. Dommage car Tomas Rosicky était très talentueux.

Fredrik Ljungberg


Le football suédois des années 200, c’est principalement Zlatan Ibrahimovic, Henrik Larsson et Fredrik Ljungberg. Le milieu de terrain des Gunners resta neuf ans à Londres. Son physique le trahit lors des dernières années, mais au sein du pléthorique effectif du début des années 2000, il était indéboulonnable.

Emmanuel Adebayor


Thierry Henry blessé, l’attaque d’Arsenal reposa sur les épaules musclées d’Emmanuel Adebayor contre Manchester United. Plutôt frêle à son arrivée en Angleterre début 2006 après trois ans à Monaco, le Togolais dut s’étoffer physiquement pour s’imposer oure-Manche. Opération réussie : Adebayor franchit un pallier à Arsenal et devint l’un des meilleurs attaquants de l’époque. L’histoire se termina en eau de boudin quand l’ex-Messin répondit aux sirènes de Manchester City en 2009.

A Manchester United…


Sir Alex Ferguson ne pouvait compter sur Edwin van der Sar et titularisa donc Tomasz Kuszczak dans la cage. La défense était composée du capitaine Gary Neville, des centraux Rio Ferdinand et Wes Brown et du Français Mikaël Silvestre à gauche (blessé, il fut remplacé par son compatriote Patrice Evra dès la 23e minute). Darren Fletcher, Paul Scholes et John O’Shea s’occupaient du milieu de terrain, tandis que Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney et Louis Saha étaient en attaque. Michael Carrick, l’unique recrue de l’été, entra en jeu en fin de match à la place de Scholes, juste après l'entrée en jeu d'Ole Gunnar Solskjaer à la place de Rooney.