Arsenal " ouvre la porte " à Manchester City pour Nasri !

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-08-09T09:04:00.000Z, mis à jour 2011-08-09T09:10:40.000Z

Le mercato semble se décanter, et le départ annoncé de Samir Nasri à Manchester City se précise. Arsenal aurait ouvert la porte, à condition que l'indemnité de transfert soit convenable.

Arsenal n'a plus été champion d'Angleterre depuis 2004. 7 longues saisons pour un club qui a connu, sous la conduite de son manager emblématique Arsène Wenger, 3 titres et 4 FA Cups.

Alors qu'il est un élément moteur d'Arsenal depuis 2 saisons, il ne reste qu'un an de contrat à Samir Nasri. Déçu par l'incapacité de son club à accrocher un titre, et par l'apparent manque d'ambition affiché (notamment sur le marché des transferts), le Français a décidé de mettre la pression sur son club en évoquant un possible départ. Des velléités de départ qui viennent s'ajouter à celles de Cesc Fabregas, qui souhaite absolument retourner dans son club formateur, le FC Barcelone.

Le problème pour Arsenal est complexe : s'il conserve Nasri contre son gré, il s'expose au risque de le voir quitter le club l'été prochain sans indemnité de transfert. Un risque financier que le club londonien ne peut pas se permettre. Ainsi, selon le sérieux et crédible Guardian, Arsenal aurait décidé « d'ouvrir la porte » à son milieu de terrain, à condition qu'un club s'acquitte de 25 millions de livres (28 M€). Une broutille pour Manchester City, qui ne serait pas interessé par Sneijder...


Arsenal pourrait donc perdre, dans le même mercato d'été, les 2 stars de son milieu de terrain, Nasri et Fabregas. Des mouvements qui seraient très mal perçus par le vestiaire, agacé par le manque d'appétit affiché par Wenger. Ce serait aux jeunes gunners de remplacer leurs aînés, et de confirmer rapidement les promesses entrevues (Wilshere, Ramsey notamment). Wenger se tournera ensuite sans doute vers le mercato : on attend Mata au milieu, mais aussi Jagielka et Cahill en défense.

Les violentes émeutes qui agitent l'Angleterre (et le Nord de Londres) ces jours-ci focalisent évidemment une large part de l'attention de nos cousins insulaires. Mais rien, semble-t-il, n'empêchera le marché des transferts de suivre son cours.