Dans l'actualité récente

Arsenal : Wenger prédit une "crise financière" dans le football

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-09-13T09:31:00.000Z, mis à jour 2011-09-13T09:38:02.000Z

Alors qu'Arsenal affronte Dortmund ce soir en Allemagne pour lancer sa campagne de Ligue des Champions, Arsène Wenger, lui, annonce une crise économique imminente pour le monde du football.

Arsène Wenger a fait figure de grand perdant de ce mercato d'été, dépassé par les moyens exponentiels mis en œuvre par les « ultra riches » comme les 2 clubs de Manchester ou le FC Barcelone.

En conférence de presse, Arsène Wenger a rappelé qu'il possédait une maitrise en économie de l'université de Strasbourg : « Les gens ont l'impression que le football est intouchable, mais ça ne durera pas. Je suis convaincu que l'Europe va traverser une grande crise financière dans les 3 prochaines semaines, ou les 3 prochains mois, et ça mettra tout en perspective de nouveau. Tous nos revenus seront menacés dans les prochains mois. On a vu les 1ers signes de résistance en Espagne ».

Sur le même sujet, le manager d'Arsenal a évoqué ses grands (ou ex ?) rivaux : « Barcelone et le Real ont plus de pouvoir financier qu'il y a 14 ans parce qu'ils ont des droits TV individuels. Aujourd'hui, des équipes comme Chelsea ou Manchester City prennent simplement qui ils veulent ». Mais Wenger n'oublie pas son adversaire du soir, et la perle Mario Götze : « Le meilleur passeur d'Allemagne et leur joueur le plus dangereux (...) c'est le joueur que l'ont doit maitriser, et la meilleure façon de le faire est d'attaquer ».


Le sujet le plus longuement abordé par le technicien alsacien est la suspension qui le privera de banc de touche. Il la prend avec humour, même si on le sent agacé et frustré : « J'enverrai mes bonnes vibrations en espérant qu'elles ne soient pas détectées par l'UEFA. Je ferai ma causerie à l'hotel avant que l'on parte pour le match (...) Pat (ndlr : Rice, son adjoint) prendra les bonnes décisions. Pour une fois, j'aurais quelqu'un à qui m'en prendre si les choses se passent mal ! »


En attendant une crise financière qui réduirait l'écart entre les « ultra-riches » et son équipe, Wenger et ses gunners affrontent donc un Borussia Dortmund aux moyens pour le coup assez limités. Un match que suivront avec attention les Marseillais et Didier Deschamps.