Arsène Wenger invité à l'investiture de George Weah

Arsène Wenger, l'entraîneur d'Arsenal, a été invité à la cérémonie d'investiture du nouveau président du Libéria, George Weah, qui aura lieu le 22 janvier.

En conférence de presse, Arsène Wenger a révélé avoir été invité par George Weah, nouveau Président du Libéria, à son investiture prévue le 22 janvier. Les deux hommes se connaissent bien, puisque le coach natif de Strasbourg a eu Weah sous ses ordres entre 1988 et 1992 à Monaco. "On pourrait faire un film fantastique avec la vie de cet homme (George Weah). C'est incroyable. C'est quelqu'un de très fort mentalement et d'absolument convaincu qu'il a une mission. Je suis allé avec George pendant la période où il y avait la guerre au Libéria et j'ai vu combien il a souffert pour son pays et ce qui est constant, c'est son amour pour son pays et pour son peuple" a confié l'entraîneur d'Arsenal.

"Peut-être que j'aurai le temps d'y aller..."

Cependant, le tacticien de 68 ans n'est pas sûr de pouvoir se rendre à la cérémonie, puisque celle-ci s'intercale entre deux matches (Crystal Palace le 20 janvier en Premier League et Chelsea en demi-finale retour de la Coupe de la ligue le 24). En conférence de presse, Wenger a plaisanté à ce sujet : "Peut-être que j'aurai le temps d'y aller si je suis suspendu par la Fédération anglaise". Il fait référence à une possible suspension qui ferait suite à ses propos sur la qualité de l'arbitrage après les rencontres face à Chelsea et West Bromwich récemment.



Arsène Wenger en colère après l'arbitre lors de West Bromwich - Arsenal, le 31 décembre 2017

La sanction est tombée vendredi

Poursuivi par la Fédération anglaise pour "langage et/ou comportement inapproprié" suite à ses propos envers l'arbitrage à l'issue du match contre West Bromwich (1-1) le 31 décembre, Arsène Wenger en avait remis une couche mercredi après le nul concédé face à Chelsea (2-2), en jugeant "grotesque" la décision d'accorder un penalty aux Blues. La sanction est tombée ce vendredi. Wenger a écopé d'une suspension de trois matches par la Fédération anglaise pour "mauvaise conduite" après ses propos sur l'arbitrage, écopant également d'une amende de 40 000 livres (45 000 euros).

Vidéos associées

News associées