Dans l'actualité récente

AS Rome-Naples : les Romains domptent le choc

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-10-18T21:04:00.000Z, mis à jour 2013-10-18T21:34:14.000Z

L'AS Rome a signé une huitième victoire d'affilée en s'imposant sur sa pelouse face à Naples, son dauphin au classement. Pjanic, buteur par deux fois, est aux anges. Rudi Garcia aussi.

Sous les yeux d'un Maradona venu voir son ancienne équipe, l'AS Rome s'est imposée sur son terrain 2 buts à 0 face à Naples. Dans un choc qui a tenu toutes ses promesses, Pjanic a signé un doublé et Cannavaro s'est illustré mais pas pour de bonnes raisons.

Plus de blessés que de buts
C'était un match d'hommes, avec des contacts âpres et des chocs, un peu de tension parfois, aussi, parce que c'était un choc entre le premier et le deuxième de Serie A. Forcément, ce n'était pas toujours très beau à voir mais dans le combat, l'AS Rome a mieux démarré, en profitant notamment de la timidité des Napolitains. Puis les débats se sont un peu équilibrés et le premier rebondissement a eu lieu à la 32ème, quand Totti se toucha la cuisse droite et dût laisser sa place. Il cède alors son brassard à De Rossi, qui sauve les siens sur sa ligne après une frappe de Pandev. Deuxième rebondissement : la sortie sur blessure d'un joueur du Napoli, remplacé par Cannavaro, futur bourreau de ses propres coéquipiers

Cannavaro offre la victoire
Juste avant la pause, l'intraitable Gervinho est fauché par Cannavaro à un peu plus de 20 mètres de la cage de Pepe Reina. Le coup franc est transformé par Pjanic, sur une merveille de frappe atterrissant en pleine lucarne (45ème + 3). Au retour des vestiaires, le match est un peu retombé, jusqu'à la deuxième grosse faute du même Cannavaro, cette fois-ci dans la surface de réparation, et logiquement expulsé après son deuxième carton jaune. Pjanic s'est chargé lui-même du pénalty (71ème). Avec deux buts à remonter à dix contre onze, Naples a renoncé.

Qui arrêtera l'AS Rome ?
Huit victoires en autant de confrontations, un seul but encaissé, un fond de jeu beau à regarder… Cette AS Rome version Rudi Garcia et de tous les records a toutes les cartes en mains pour aller au bout. En battant son dauphin vendredi soir, le club de la capitale italienne a frappé un grand coup et relégué ses plus proches poursuivants à cinq points. La pression est désormais sur les épaules de la Juventus, qui se déplace sur la pelouse de la Fiorentina et qui n'a déjà plus le droit à l'erreur.
Jusqu'où ira la Roma ?