ASSE - OL : Le chant de la discorde

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-05-02T15:18:00.000Z, mis à jour 2012-05-02T15:56:15.000Z

La célébration lyonnaise du titre en Coupe de France continue d'agiter la rivalité entre les deux clubs rivaux. La polémique sur le chant injurieux à destination de Saint Etienne n'est pas prête de s'arrêter.

Plus besoin de derby sur un terrain pour alimenter les relations conflictuelles entre Lyon et Saint Etienne.




Après la publication d'un communiqué sur le site officiel de l'OL dans lequel le club exprime de légers mais « sincères regrets », Jean Michel Aulas a tenu à s'expliquer. Interrogé sur RMC, le président lyonnais est revenu sur le terme « bâtard » scandé dans la chanson des supporters contre les Verts « c'est le fait qu'un enfant soit né d'un couple qui n'est pas marié. Définition du Petit Larousse. Tout le monde croit que c'est une insulte, mais c'est faux. » Chacun appréciera la justification.


L'objet du scandale





La réponse apportée par Jean Michel Aulas n'a pas calmé la colère des responsables stéphanois. Par l'intermédiaire d'un communiqué publié mardi soir, l'ASSE annonce qu'elle allait déposer une plainte auprès du procureur de la République contre « ces insultes ignobles, pénalement répréhensibles » proférés par plusieurs joueurs de l'Olympique lyonnais (Cris, Gonalons, Briand, Umtiti, Lacazette, Grenier et Fofana).




L'attaquant de l'OL est le premier joueur rhodanien à sortir du silence en publiant cet après-midi un message sur sa page officielle Facebook: «Je suis désolé de l'image que j'ai pu donner lors de la célébration du titre de la Coupe de France, à l'Hôtel de Ville, en entonnant avec un des groupes de supporters une chanson sur le club de l'AS Saint Etienne. Je présente donc mes excuses au club de l'AS Saint Etienne, à ses dirigeants, aux joueurs, à tous ses salariés et à ses supporters




Les dirigeants de l'AS Saint Etienne ont également appelé le président de la Ligue, Frédéric Thiriez, à « saisir le conseil d'administration de la LFP afin qu'une enquête soit diligentée dans les plus brefs délais. » Le Conseil National de l'Ethique, organe de la Fédération, a déjà indiqué qu'il se saisirait de ce dossier.


Incriminé pour des faits similaires à l'encontre du PSG l'année dernière, Taye Taiwo s'était vu infliger un match de suspension ferme ainsi que 20 000 euros d'amende.