Ballon d'Or® : Messi, Ronaldo et Iniesta dans un mouchoir selon les spécialistes

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2012-12-02T15:32:00.000Z, mis à jour 2012-12-03T12:52:56.000Z

Avec la divulgation jeudi des trois finalistes pour le Ballon d'Or® 2012, le compte à rebours a démarré. Si Messi, déjà triple lauréat, semble un favori logique, les spécialistes du football sont plus partagés.

Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Andres Iniesta : ces trois joueurs sont en course pour le titre de meilleur joueur de l'année. Tous semblent avoir des caractéristiques spécifiques susceptibles de faire pencher la balance en leur faveur.


Un scrutin incertain

Lionel Messi enchaînera-t-il un quatrième Ballon d‘Or® consécutif ? C'est la question principale que le landerneau footballistique se pose à un peu plus d'un mois de la divulgation des résultats. Et à en croire les déclarations de quelques-unes des personnalités du football mondial interrogées dans le cadre de l'émission Téléfoot de ce dimanche 2 décembre, la course au plus prestigieux des trophées est beaucoup plus indécise qu'annoncée. Titre, talent, statistiques : tout rentre en ligne de compte.


Iniesta, un joueur au serice du collectif

Quand il s'agit d'évaluer les chances du lutin espagnol Andres Iniesta, nombreux sont ceux à croire en ses chances. « Il a remporté la compétition la plus importante » relève tout simplement l'ancien lauréat Lothar Matthaus d'un ton qui ne porte pas à discussion. Bixente Lizarazu lui emboîte le pas en signalant qu'il n'a pas seulement remporté l'Euro mais en a été élu « le meilleur joueur du tournoi ». Pour le Citizen Yaya Touré, un ex-coéquipier au Barça, Iniesta « c'est la classe ». Un vrai cri du cœur. La prime à un joueur dédié au collectif surtout.


Ronaldo-Messi, le duel continu

En revanche, si l'on s'en tient aux statistiques stricto sensu, c'est une nouvelle fois le duel Messi-Ronaldo qui alimente le débat. Avec un avantage pour l'Argentin. Ce dernier est adoubé par la nouvelle perle brésilienne Neymar quand le Marseillais N'Koulou voit tout simplement en lui « un génie ». « Un homme de records » aussi pour Lizarazu qui reproche au Portugais « de ne pas avoir encore remporté de titre majeur que ce soit avec le Real ou en sélection ». Seule Claudio Ranieri, l'entraîneur transalpin, prêche pour Ronaldo et sa capacité à être tout le temps « décisif ». Pour ne pas changer, c'est Zlatan Ibrahimovic qui se démarque de la masse avec un avis nettement plus tranché. Il s'en explique. « Combien de fois l'a-t-il (Messi) déjà gagné ? Deux, trois fois ? Si le jury veut être un peu plus juste, il faut qu'il le donne à quelqu'un d'autre cette fois. » Tout sauf Messi donc.


Ces trois stars du ballon rond seront fixées le 7 janvier à Zurich (Suisse) après le vote des journalistes, des capitaines et des sélectionneurs des équipes nationales.