Barrages Mondial 2018 - Grèce : Kostas Mitroglou doit enfiler son costume d'Hercule

Voir le site Téléfoot

RTS1J9O9
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-11-12T08:48:17.800Z, mis à jour 2017-11-12T10:58:21.307Z

Lourdement battue lors du barrage aller (1-4), la Grèce doit compter sur un miracle pour se qualifier au détriment de la Croatie. Kostas Mitroglou pourrait être son sauveur.

Sévèrement battu par la Croatie lors du barrage aller (1-4), la Grèce doit se rappeler au plus beau souvenir d'Hercule pour renverser la vapeur. Kostas Mitroglou devra notamment se démener sur le front de l'attaque en visant un triplé miraculeux.

La Grèce face à un mur

"Nous avons 90 % de chances de ne pas aller à la Coupe du monde, il faut être réaliste, mais nous voulons montrer que nous sommes une bonne équipe" : Michael Skibbe ne se fait pas d'illusion et sait son équipe face à un mur. Sauf scénario assez improbable, la Grèce ne verra pas la Coupe du monde pour la quatrième fois de suite en raison d'un barrage aller raté dans un secteur de jeu où les Grecs sont censés être irréprochables : la défense. Et ce n'est pas avec cette supposée force-là qu'ils se qualifieront face à la Croatie.

Tout pour l'attaque

Les Grecs devront effectivement tout donner offensivement pour refaire leur retard sur l'équipe emmenée par Luka Modric. Sauf qu'on parle d'une nation n'ayant pas articulé ses réussites récentes autour de son attaque. Une statistique résume très bien cette réalité : lors de la phase de groupe, les hommes de Michael Skibbe n'ont inscrit que 17 buts en 10 matches (6 encaissés). Pour voir la Russie en juin prochain, ils seront dans l'obligation de jouer contre-nature le temps d'un match couperet.

Mitroglou, l'exploit à porter de crampon

De toute évidence, les supporters grecs auront les yeux rivés sur Kostas Mitroglou, qui a les qualités pour enfiler son costume de sauveur et inscrire ce fameux triplé qui signifierait la qualification. L'attaquant de l'OM devra aussi se racheter de cette balle de 2-4 gâchée à l'aller pour confirmer, une bonne fois pour toutes, qu'il est l'avant-centre taillé pour porter sa sélection. Tel un Hercule moderne.


Plus d'actualité