Barrages Mondial 2018 : l'Italie fait face à son destin contre la Suède

Voir le site Téléfoot

Bonucci dans le onze type
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-11-13T10:35:08.825Z, mis à jour 2017-11-13T12:27:19.138Z

Battue 1-0 en Suède en barrage aller, la Squadra Azzurra n'a plus le choix : si elle ne veut pas manquer la prochaine Coupe du monde, elle va devoir renverser les Suédois et forcer la porte. Un immense défi pour une sélection au bord du précipice.

Qui l'eut cru ? Bien sûr, quand le tirage au sort a placé l'Italie et l'Espagne dans le même groupe des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, tout le monde avait compris que la route pour la Russie serait embûchée pour l'une de ces deux grosses nations. Et le 2 septembre dernier, la supériorité espagnole a établi la hiérarchie. Mais qui aurait pensé que la Squadra Azzurra, si solide durant l'Euro 2016 avec Antonio Conte, serait malmenée à ce point...

"Tout ou rien", "le temps des paroles est terminé"... L'Italie tremble


Vendredi 10 novembre, la situation est devenue très critique pour les Italiens, battuspar la Suède (1-0) en match de barrage aller à Solna, près de Stockholm. Alors, ce lundi 13 novembre, de l'autre côté des Alpes, des millions d'âmes vont retenir leur souffle et prier pour la manche retour. A San Siro (20h45), l'Italie n'a pas à réfléchir : elle doit renverser les Vikings pour faire partie des 32 nations qui joueront le Mondial.

Il n'y a qu'à lire la presse italienne pour sentir le parfum de tragédie qui enveloppe cette affiche Italie-Suède. La Gazzetta dello Sport annonce la couleur en trois mots simples : "Tout ou rien". "Laissez-nous passer !", scande le Corriere dello Sport. Tuttosport n'envisage pas une non-qualification : "Silence et à Moscou !", lance le journal. Pour la Gazzetta dello Sport, c'est un match "pour éviter l'Apocalypse". "Le temps des paroles est terminé", ajoute Tuttosport. Maintenant, place au jeu et à ce match sans filet.

Le fantôme de 1958 tapi dans l'ombre


Evidemment, la Suède ne l'entend pas de cette oreille. Elle a déjà manqué les deux dernières Coupes du monde et ne veut pas rater le prochain rendez-vous international. Trois Mondiaux consécutifs sans les Bleus-Jaunes, ça n'est jamais arrivé. Et le contenu du match aller comme son résultat donnent un ascendant indéniable à la sélection suédoise. Mais cela sera-t-il suffisant pour mettre définitivement à terre un géant du football comme l'Italie, qui n'a manqué que la Coupe du monde 1958 dans son histoire* ?

L'équipe d'Italie dirigée par le contesté Giampiero Ventura a le poids de l'histoire et tous les espoirs de ses supporters sur les épaules. Les coéquipiers de la légende Gianluigi Buffon qui feront face à la Suède dans l'antre de Milan sont au pied du mur. Peu importe la manière ce soir, ou presque. L'enjeu est trop important. Sans Marco Verratti, suspendu, l'Italie doit marquer au moins un but pour survivre, et davantage pour rallier Moscou. La Squadra Azzurra a 90 minutes devant elle, peut-être un peu plus, pour réaliser "l'exploit" selon les propres mots de Buffon.


* pour la toute première en 1930 en Uruguay, l'Italie n'avait pas répondu à l'invitation de la Fifa et avait donc laissé la Belgique, la France, la Roumanie et la Yougoslavie représenter l'Europe.

en savoir plus : Equipe d'Italie de Football, Equipe de Suède de Football