Bastia ne sanctionne pas (encore) Brandao

Voir le site Téléfoot

Brandao - SC Bastia
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2014-08-18T12:55:00.000Z, mis à jour 2014-08-18T14:00:37.000Z

Le SC Bastia a comme prévu communiqué ce lundi sa position suite au coup de tête asséné par son attaquant brésilien Brandao sur le Parisien Thiago Motta samedi dernier. Le club corse a pour l'instant décidé de ne pas sanctionner son joueur.

La rencontre PSG-Bastia (2-0) de la 2e journée de Ligue 1, disputée samedi dernier, a beaucoup fait parler. La raison principale est le coup de tête prémédité asséné par Brandao à Thiago Motta devant l'entrée des vestiaires. Un geste que le club corse condamne fermement, mais ne sanctionne pas... pour l'instant.

Aucune sanction pour Brandao
Sur son site officiel, le club corse a publié le communiqué suivant ce lundi : « Le SC Bastia condamne sans aucune ambigüité le geste de son attaquant Brandao à l'encontre du joueur Thiago Motta, après le coup de sifflet final de la rencontre PSG-Bastia. Dans l'attente d'éléments complémentaires, le Sporting se réserve toute possibilité d'action ultérieure dans ce dossier... »

Bastia critique aussi Thiago Motta
Le SCB a donc pour le moment décidé de ne pas sanctionner Brandao. Mais le club bastiais s'est également permis « de déplorer le comportement tout aussi inacceptable de certains joueurs qui n'ont de cesse d'insulter et de provoquer leurs adversaires, ainsi que le démontrent une nouvelle fois les images de la rencontre et bon nombre de témoignages. »

Le PSG ne porte pas plainte
Rappelons qu'après ces évènements, le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi avait demandé une suspension à vie pour Brandao. Une réaction modérée par la suite, le club parisien décidant finalement de ne pas porter plainte contre le joueur. Pour l'instant, l'attaquant brésilien s'en tire donc plutôt bien, malgré le déferlement médiatique créé par son geste.

La commission de discipline de la LFP devrait toutefois prendre des mesures contre Brandao, et la sanction risque d'être lourde.