Bastos a réglé la mire

Voir le site Téléfoot

Bastos a réglé la mire
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-06T09:57:00.000Z, mis à jour 2010-04-06T09:57:00.000Z

Auteur de trois buts en trois matches, Michel Bastos a permis à Lyon de reprendre la tête de la L1 et de rêver à une demi-finale de Ligue des Champions. Intenable, le Brésilien est en train de faire taire ses détracteurs. A l'OL, on espère qu'il sera encore décisif mercredi à Chaban-Delmas.

Attention, Michel Bastos est de retour ! Avec Lisandro Lopez, le Brésilien est devenu le fer de lance d'un OL qui s'est installé en tête du championnat et fonce vers les demi-finales de la Ligue des Champions. Pour preuve, il vient de marquer un but à chacun de ses trois derniers matches : contre Grenoble (2-0), Bordeaux en C1 (3-1) et à Rennes ce week-end (1-2). Blessé à la cuisse contre Boulogne-sur-Mer lors de la 27e journée, il avait même cruellement manqué à son équipe. En son absence, Lyon n'est jamais parvenu à s'imposer. La qualification face au Real Madrid a été arrachée sans lui grâce à un match nul à Bernabeu (1-1). Il avait ensuite manqué le derby face à Saint-Etienne (1-1) avant d'assister depuis les tribunes à la déroute des siens face à l'OM (2-1). Depuis son retour, les Lyonnais ont remonté la pente. Et c'est tout sauf un hasard.


Pour Bastos, ce retour en grâce est la meilleure des réponses aux critiques dont il fait l'objet depuis son arrivée dans le Rhône. Ses statistiques de la saison dernière (14 buts et 12 passes décisives avec Lille) et le montant de son transfert (18 millions d'euros) avaient suscitées d'énormes attentes. "Je ne suis pas venu ici pour remplacer Juninho. De toute façon, Juni est irremplaçable, avait-il pourtant mis en garde l'été dernier. Si les dirigeants lyonnais ont souhaité ma venue, ce n'est pas uniquement pour tirer les coups francs. Je peux apporter plus". Mais, après un bon début de saison, notamment face au Mans (une passe) ou Anderlecht (un but et deux passes), l'ancien pensionnaire de Santos a eu tendance à disparaître au gré des blessures et des choix de Claude Puel.


"Il faut regarder les statistiques"


Le Brésilien s'est défendu, sur le terrain mais aussi dans la presse. "Je veux bien qu'on dise que je ne suis pas assez décisif cette saison, mais j'en suis quand même à treize buts cette saison, rappelait-il la semaine dernière dans les colonnes de L'Equipe. Pour un milieu ce n'est pas si mal. Il faut regarder les statistiques. Je suis content d'être décisif et je vais continuer". Depuis, il a jouté une 14e réalisation à son compteur à Rennes (1-2) pour son 40e match sous le maillot lyonnais. A titre de comparaison, Bastos avait marqué 16 buts en 41 matches toutes compétitions confondues la saison dernière avec le LOSC. Seul écueil, le meilleur passeur de l'exercice précédent (12 passes) reste bloqué à une seule offrande en Ligue 1. Mais il est difficile de ne pas donner raison à Bastos. Dans un effectif beaucoup plus riche qu'à Lille, le bilan reste très honorable. Il est même sur des bases semblables à la saison dernière.


Claude Puel, qui l'avait fait venir dans le Nord en juin 2006, peut se frotter les mains d'avoir poussé Jean-Michel Aulas à casser sa tirelire pour l'attirer à Lyon. L'entraîneur, qui l'a aligné avec succès à gauche comme à droite, aime particulièrement sa polyvalence. Comme souvent avec les Brésiliens, il est même utilisé avec la Seleçao au poste d'arrière gauche, son poste de formation. L'image tenace du joueur technique qui délaisse ses taches défensives, qui l'a condamné au milieu de terrain en France, a en tout cas séduit Dunga qui pourrait l'emmener en Afrique du Sud. Un statut d'international qui a réveillé l'appétit de quelques grands clubs, comme la Juventus et le Milan AC. S'il emmène Lyon en demi-finale de la Ligue des Champions, la cote devrait encore monter en flèche.