Dans l'actualité récente

Battu à Nice, le PSG a sans doute dit adieu au titre

Voir le site Téléfoot

Mario Balotelli   OGC Nice
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-30T21:19:07.352Z, mis à jour 2017-05-01T07:57:24.315Z

Sous pression après la victoire de Monaco, le PSG a craqué dans tous les sens du terme à Nice. Le titre devrait lui échapper.

Comme Monaco, Lyon, Bordeaux ou encore Marseille avant lui, le PSG est tombé à l’Allianz Riviera. Et nous avons sans doute assisté à un tournant du championnat puisqu’avec trois points d’avance et un match en moins, l’ASM file droit vers le titre à trois journées de la fin.

Un PSG insuffisant

Condamné à gagner : après la victoire de Monaco face à Toulouse, le PSG était condamné à gagner pour préserver ses chances d’être titré à l’issue de la saison. Loin d’être un cadeau, le déplacement à Nice préfigurait un choc difficile à gérer. Et il le fut. Car les Aiglons, pourtant privés de plusieurs cadres qui avaient permis de signer un nul au Parc des Princes quelques mois plus tôt, n’étaient pas là pour plaisanter. Pas le moindre du monde. Intelligent défensivement et, en première mi-temps, appliqué offensivement, le Gym a joué avec ses forces, à commencer par une relance propre et des phases construites. Certes, il y a eu quelques prises de risques mais elles ont accouché de situations franches, d’abord matérialisées par l’ouverture du score de Balotelli, d’une frappe imparable (26e). En face, on a eu du mal à reconnaître le PSG, celui qui n’a pas encore perdu en championnat en cette année 2017. Bougés comme jamais, les Parisiens ont trop souvent déjoué et ils ont même fini par perdre complètement pied.

Un Gym solide, un Cardinale impérial

Au retour des vestiaires, les Niçois ont eu la bonne idée de se mettre à l’abri très vite, sur un contre rondement mené par Belhanda avec Pereira à la conclusion, là encore d’un tir venu de l’extérieur de la surface (48e). Derrière, les Parisiens ont commencé à jouer et il a fallu que les hommes de Lucien Favre, principalement le gardien Cardinale, fassent le dos rond, surtout après la réduction du score signée Marquinhos sur un coup de pied arrêté (64e). Loin de maîtriser leur sujet, Edinson Cavani et sa bande ont fait montre d’une frilosité jusqu’alors inconnue en Ligue 1. À tel point qu’ils ont fini par péter les plombs. L’attaquant uruguayen, muselé et muet dimanche soir, s’était déjà rendu coupable d’un sale geste qui aurait valu un rouge en première période. Et il n’est pas passé loin de la correctionnelle après avoir bousculé Lucien Favre. Finalement, ce sont Thiago Motta (90e) puis Di Maria (90e+3) qui ont été expulsés pour de vilains gestes d’humeur inutiles. Entre les deux cartons rouges, Donis, auteur d’une excellente entrée, s’était permis d’enfoncer le clou.

Service rendu à Monaco

Le PSG était condamné à gagner et il a perdu. C’est la défaite qui, vraisemblablement, devrait offrir le titre à l’AS Monaco, sauf si les troupes de Leornado Jardim craquent complètement d’ici la fin de la saison. Ce qui est peu probable. Ce premier revers en Ligue 1 en 2017 pour les Parisiens tombe sans doute au pire des moments. Ils sont désormais à trois points des Monégasques avec un match en plus. La situation était déjà mal embarquée et elle ressemble maintenant à une mission impossible. Intraitable à domicile cette saison, le Gym, de son côté, ne pointe qu’à trois longueurs de sa victime du soir. Son goal average bien inférieur ne lui permettra sans doute pas de finir deuxième mais, jusqu’au bout, il pourra faire trembler le PSG et parachever une saison inouïe durant laquelle il n’aura jamais craqué. Bravo les Aiglons.