Beckham revient chez lui

Voir le site Téléfoot

Beckham revient chez lui
Par Eurosport.fr|Ecrit pour TF1|2010-03-10T09:28:00.000Z, mis à jour 2010-03-10T09:28:00.000Z

Pour la première fois depuis son départ en 2003, David Beckham va retrouver Old Trafford en 8e de finale retour de la Ligue des Champions. S'il revient sous les couleurs du Milan AC, il devrait être accueilli en héros à Manchester, même s'il espère jouer un mauvais tour à son ancienne équipe.

Old Trafford, c'est chez lui. Pourtant, depuis son départ en 2003, David Beckham n'y a jamais remis les pieds. Les retrouvailles s'annoncent donc particulières, beaucoup plus qu'à San Siro il y a trois semaines. "Jouer contre United à Milan a été très émouvant, mais retourner à Old Trafford le sera encore plus", a jugé le Britannique, auteur d'un match discret dans l'axe du milieu de terrain lors de la défaite à domicile de l'aller (2-3). Et les supporters des Red Devils n'ont pas oublié celui qui a reconnu qu'"accepter de ne plus jouer pour Manchester United avait été une des choses les plus difficiles à gérer dans sa carrière". Après les chants à sa gloire à San Siro, un impressionnant comité d'accueil l'attendait déjà mardi à l'aéroport de Manchester.


Il faut dire que le Spice Boy a laissé son emprunte dans le nord de l'Angleterre. Plus que tous, il a incarné la "classe 1992", celle des Paul Scholes, Ryan Giggs, Nicky Butt, des frères Neville, qui, issue du centre de formation, a ramené Manchester au sommet jusqu'à un triplé historique en 1999 (Ligue des Champions, championnat, Coupe). Au total, Beckham a disputé 394 matches, marqué 85 buts depuis le premier, inscrit à Old Trafford contre Galatasaray en décembre 1994. Il a remporté six championnats, une Ligue des champions. "Je serai toujours un supporter de United mais pour la première fois de ma vie j'espère sa défaite", a toutefois prévenu le héros local.


Ferguson, amer et méfiant


Mercredi, Beckham retrouvera également celui qu'il a jadis appelé son "père", Alex Ferguson, avec lequel les relations se sont compliquées ces dernières années. "Il n'a jamais été un problème jusqu'à ce qu'il se marie" avec la chanteuse Victoria Adams en juillet 1999, avait regretté le manager de MU en 2007. "Il était un garçon fantastique. Se marier avec ce monde du show-biz a été difficile. Sa vie n'a plus jamais été la même. Il est une telle célébrité... Le football n'est qu'une petite part de sa vie". Les rapports entre les deux hommes ont atteint le point de non retour en février 2003 quand Ferguson, furieux de sa performance contre Arsenal, jette dans le vestiaire une chaussure qui ouvre l'arcade sourcilière de Beckham. Quelques mois plus tard, il est transféré au Real Madrid.


Aujourd'hui, Sir Alex Ferguson semble être le seul à Manchester à rester insensible à ce qu'il appelle en grommelant "le cirque médiatique David Beckham". Mais l'Ecossais est bien placé pour savoir qu'il faudra se méfier de son ancien protégé et son pied magique. "C'est une menace. Il y a beaucoup de menaces dans leur équipe, mais nous sommes parfaitement conscients de celle que représente David", a déclaré Ferguson qui n'est toutefois pas certain que le milieu sera titularisé. "Il n'a pas été titularisé depuis l'aller (ndlr: victoire 3-2 des Anglais). Il est donc difficile de dire l'impact qu'il aura sur le match. Mais il sera là, et il faudra faire attention à sa distribution qui est fantastique", a-t-il mis en garde.


"Je n'aurai pas peur"


De son côté, Becks veut éteindre tout début de polémique avec son ancien mentor. "Alex Ferguson donne beaucoup de conseils à ses joueurs. C'est l'un des meilleurs entraîneurs dans le monde du football, lui a rendu hommage le Milanais. Il protégeait ses joueurs et il m'a fait comprendre lors que je faisais des erreurs". A bientôt 35 ans, il espère néanmoins démontrer de beaux restes. "Je ne suis pas nerveux Si je joue, je n'aurai pas peur. Je serai excité car j'ai joué dans ce stade et je sais ce que représente le fait de jouer pour Manchester United. Je sais ce que ça représente pour les joueurs adverses d'évoluer ici", estime-t-il. Sept ans plus tard, le "théâtre des rêves" sourira-t-il une dernière fois à son ancien pensionnaire ?