Bernard Tapie : "200 millions, c'est pour se maintenir?"

Voir le site Téléfoot

Bernard Tapie le 8 février 2008. Image d'archives.
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-10-30T11:55:20.620Z, mis à jour 2016-10-30T11:55:24.411Z

L'homme d'affaires fait un tour complet de l'actualité footballistique. Du Paris Saint-Germain à l'Olympique lyonnais en passant évidemment par son club de coeur, l'OM, dont le rachat par Franck McCourt ne l'emballe pas vraiment.

Dans une interview à Yahoo Sport, Bernard Tapie doute de la capacité de Franck McCourt a redoré durablement le blason de l'Olympique de Marseille.

Teaser : Zubizarreta, nouveau directeur sportif de l'OM

« (McCourt) n'a pas idée du prix des mecs »

Avec lui l'OM a connu le meilleur. Des titres et une Coupe d'Europe. Et le pire. L'affaire OM/VA, entraînant la relégation du club. Bernard Tapie reste attaché à Marseille. Comment juge-t-il le rachat de son club de cœur par l'Américain Franck McCourt ? La réponse est provocante. « Le milliardaire arrive à l'OM et il met 200 millions d'euros sur la table. C'est pour se maintenir ? J'exagère, mais c'est pour être sûr de finir dans les cinq premiers, mais rien de plus. Il n'a pas idée du prix des mecs... Il ne sait pas ce que ça vaut un joueur », juge l'homme d'affaires qui invite McCourt à casser sa tirelire « un peu plus fort ». « L'OM ne décrochera pas la Ligue des champions avec 200 millions d'euros en 4 ans. Regardez où en est le PSG, et ils n'ont pas dépassé les quarts de finale », indique-t-il

Le PSG souffre de la non-concurrence

Bernard Tapie revient sur les difficultés rencontrées par le club de la capitale à décrocher gloire et Graal européens. « Le problème, c'est d'être dans un championnat qui est nul avec des joueurs qui ont été attirés que par le blé », explique-t-il. Tapie rappelle qu'il a convaincu Pierre Lescure, alors patron de Canal+ d'investir dans le PSG pour créer une concurrence. Pour lui, impossible de gagner une Coupe d'Europe s'il n'y a « que deux matches difficiles dans l'année ». « Avec Bez à Bordeaux [Claude Bez, ancien président des Girondins), Monaco, PSG, Lyon, là vous aviez un championnat. Quand vous jouiez dans le Championnat de France, vous aviez des matches du niveau de Champions League. » Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. 

« Aulas va faire un fric monstrueux »

Enfin, il prend la défense de Jean-Michel Aulas, qui connaît une mauvaise passe actuellement : « J'aime beaucoup. Méfiez-vous. Il a fait un drôle de truc en étant propriétaire du stade... Il a un effectif qui vaut de l'argent. Il va faire un fric monstrueux. Enfin il ne le fera peut-être pas mais il a un capital joueur énorme. Lacazette, Fékir, Ghezzal...» Et avoue qu'il appellerait Karim Benzema en équipe de France.