Dans l'actualité récente

Biélorussie - France : Des Bleus à réaction

Voir le site Téléfoot

error
Par Frédéric YANG|Ecrit pour TF1|2013-09-10T21:23:00.000Z, mis à jour 2013-09-10T22:16:00.000Z

Menée deux fois au score, l'équipe de France s'est fait peur en Biélorussie mais s'est finalement imposée (4-2), lors de son avant-dernier match du groupe I des éliminatoires au Mondial 2014. Les Bleus peuvent remercier Franck Ribéry et Paul Pogba, tous les deux énormes ce mardi soir.

Que ce fut dur ! Après avoir vécu une première partie de soirée cauchemardesque ponctuée d'un premier but gag de Filipenko (32e) suivi d'un autre de Karachev (57e), la France s'est rebellée. Au point d'inscrire quatre buts, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le 5 juin 2012, et un match amical contre l'Estonie (4-0). Est-ce la peur du vide qui a poussé les Bleus à se sortir les tripes ?

Cette France est rentrée dans l'Histoire

Avant leur réaction d'orgueil, les Bleus avaient passé une mauvaise soirée. Lents dans les transmissions de balle et toujours peu inspirés offensivement, ils ont battu un triste record à la 22e minute. Avec plus de 500 minutes sans inscrire le moindre but, les Bleus de Deschamps sont devenus l'équipe de France la moins efficace de l'Histoire, dépassant la génération 1924-1925. Comme si cela arrangeait quelque chose, Lloris a décidé d'y mettre son grain de sel. Souvent irréprochable, le capitaine des Bleus commettait une faute de main inhabituelle sur une tête anodine de Filipenko, qui offrait aux Biélorusses l'ouverture du score (34e, 0-1).


Ribéry, le sauveur

Menés à la pause, les Bleus démarraient idéalement la seconde période en bénéficiant d'un penalty provoqué par Ribéry. Le joueur du Bayern se donnait un plaisir de rompre le mutisme français après plus de 525 minutes de dissette, en trompant Veremko (47e, 1-1). Après la deuxième boulette de Lloris sur une frappe de Karachev (57e, 1-2), c'est encore le milieu de terrain du Bayern Munich qui sonna la révolte en égalisant de près suite à un service parfait de Valbuena (64e, 2-2). Pourtant incertain avant la rencontre en raison d'une blessure à la fesse gauche, le Bavarois était dans tous les bons coups, tout comme Paul Pogba.


Pogba taille patron
Le milieu de terrain de la Juventus a été impressionnant pour sa troisième cape sous le maillot bleu. Avec 112 ballons touchés (plus gros total du match), Pogba a été omniprésent et a inscrit son premier but pour les Tricolores après un cafouillage dans la surface (73e). Entretemps, Samir Nasri, entré en jeu à la 61e minute à la place d'un Payet fantomatique, avait renoué avec le but (70e, 2-3) d'une frappe vicieuse à ras de terre. Le joueur de Manchester City a fait un grand pas vers la rédemption, lui, si détesté après ses déboires lors de l'Euro 2012.

Avec 14 points au compteur, la France a rempli son contrat en décrochant la deuxième place du groupe I, synonyme de qualification pour les barrages de novembre. Mais au vu du scénario rocambolesque de Gobel, la France n'a pas fini de se faire peur.