Biélorussie-France : les Bleus veulent stopper l'hémorragie

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Frédéric YANG|Ecrit pour TF1|2013-09-10T10:09:00.000Z, mis à jour 2013-09-10T18:44:28.000Z

Tenue en échec (0-0) par la Géorgie, vendredi dernier, l'équipe de France doit impérativement s'imposer en Biélorussie, ce mardi à 21h, si elle souhaite conforter sa deuxième place du groupe I des éliminatoires au Mondial 2014 et ainsi accrocher les barrages. Incapables de marquer lors de leurs cinq derniers matches, les Bleus chercheront également à se rassurer.

À l'heure où nous parlons, un gouffre sépare les Bleus de la Coupe du monde brésilienne. Plus inquiétant encore, un gouffre les sépare aussi de leur dernière victoire (3-1, contre la Géorgie le 22 mars dernier) et de leur dernier but inscrit. Les chiffres mis à part, c'est la manière qui inquiète. L'animation offensive, quasi gauche-dépendante, fait toujours défaut et cela malgré les nombreux systèmes testés (4-4-2; 4-5-1; 4-3-3) par le sélectionneur Didier Deschamps.

Toujours autant d'incertitudes
La crise offensive que traversent les Bleus est symbolisée par l'inefficacité de Karim Benzema, muet depuis 1217 minutes (série en cours), dont l'association avec Giroud s'est révélée être un échec. Avec déjà 60 sélections au compteur (autant que Luis Fernandez), l'attaquant du Real Madrid pourrait tout de même avoir une énième carte à abattre contre la Biélorussie, à moins que Deschamps ne lui préfère Giroud en pointe, ou décide d'associer les deux joueurs contre vents et marées. Auteur d'une bonne entrée à Tbilissi, Samir Nasri pourrait débuter contre la Biélorussie, surtout en cas d'absence de Franck Ribéry, touché à la fesse gauche et très incertain mardi.

Suspendue contre la Géorgie, la paire tant attendue Pogba-Matuidi devrait être alignée dès le coup d'envoi comme la charnière Koscielny-Abidal, convaincante en Géorgie. Quid des latéraux ? Malgré une belle tête en fin de match, Sagna n'a pas excellé tout comme Evra, dont la prestation a cristallisé les lacunes des Bleus à ce poste. C'est simple, depuis l'arrivée de Didier Deschamps à la tête des Bleus en 2012, aucun centre venu d'un latéral gauche n'a trouvé preneur (0 sur 34), contre seulement 26% de réussite pour les centres venant de la droite.

Peur bleue
Interrogé en conférence de presse lundi, le sélectionneur tricolore attend du changement de la part de ses joueurs. « On va tout faire pour inverser la tendance qui est négative depuis un moment. Ça tient parfois à peu de choses. L'attitude est à la base de tout. Il faut avoir une équipe de France qui a envie et de la détermination. On peut faire des choses mieux. Quand je n'ai pas ce que je veux, je ne suis pas aveugle et je le dis aux joueurs, que ce soit individuellement ou collectivement », a indiqué Deschamps.

Les Bleus feraient bien de mettre à exécution les ordres de leur sélectionneur car un triste record les guette. Si la France venait à prolonger son mutisme offensif lors des 22 premières minutes en Biélorussie, elle battra la plus longue série de minutes sans marquer d'une équipe de France (soit 500 minutes), datant de 1925...

Les Bleus savent donc ce qui leur reste à faire pour éviter d'entrer dans l'histoire. Qui serait la plus mauvaise jamais contée en France !

>Voir Biélorussie-France en streaming vidéo