Les Bleus d'attaque ?

Voir le site Téléfoot

Les Bleus d'attaque ?
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-09T08:33:03.000Z, mis à jour 2009-10-09T08:33:03.000Z

Si elle veut augmenter leurs chances de qualification directe, la France doit soigner son goal-average face aux Iles Féroé, samedi. Mais les Bleus, qui n'ont marqué que six buts en neuf matches, en sont-ils capables ? Malgré de nombreuses interrogations, tous veulent y croire.

Face aux Iles Féroé, la mission fixée aux Bleus est simple. "Les Féroé, il faut les jouer à fond pour marquer le plus de buts possibles et mettre la pression aux Serbes. Que les joueurs ne viennent pas en disant qu'ils vont faire du tourisme", a lui-même annoncé Raymond Domenech. Non pas que le sélectionneur soit devenu un fervent défenseur du spectacle et du football champagne. Mais ce dernier sait que le chemin vers l'Afrique du Sud passe peut-être par là. Si, par exemple, la Serbie, leader du groupe 7 avec 19 points, concède deux nuls, et si dans le même temps, les Bleus (2e avec 15 points) gagnent deux fois (contre les Féroé puis contre l'Autriche le 14 octobre au Stade de France), alors la première place (directement qualificative pour la Coupe du monde 2010) se jouera à la différence de buts.


Pour l'instant, les Bleus sont en retard, avec un solde de +2 (10 buts marqués, 8 encaissés) alors que les Serbes pavoisent (+10, 16 marqués, 6 encaissés). Ils doivent donc tenter de remonter une différence de huits buts en deux matches. "Ce n'est pas sûr que les Serbes battent les Roumains: s'ils font match nul, tout se jouera sur le dernier match", avait martelé Domenech en début de semaine, avant d'ajouter qu'il faut donc "marquer le plus de buts possibles" pour pouvoir dire "on aura joué nos chances jusqu'au bout". Dans un langage plus direct, Gaël Clichy a traduit l'objectif fixé à Guingamp : "Si on peut en mettre six et faire un carton, ce sera le bienvenu. Quand on était jeunes, je me rappelle que nos entraîneurs disaient qu'il fallait toujours respecter l'adversaire et en mettre six ou sept quand c'était possible".


Clichy : "Faire un carton"


Qualifiée de "petite équipe" par le défenseur d'Arsenal, les Iles Féroé, 163e nation au classement FIFA, apparaissent comme la proie idéale. Face aux semi-amateurs de l'archipel nordique (4 buts marqués, 12 encaissés), les Tricolores et leurs joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens semblent suffisamment armés. Seul problème : on est loin de l'époque où la France corrigeait les Féringiens, à Torshavn en octobre 2007 (0-6) ou à Sochaux en octobre 2006 (5-0). En effet, Henry et ses coéquipiers n'ont inscrit que 6 buts lors de leurs neuf derniers matches, amicaux et qualifications compris. Dans ces éliminatoires, ils n'ont jamais marqué plus de deux buts face à l'un de ses adversaires. C'était face à la Serbie (2-1 en septembre 2008 au Stade de France) et en Roumanie (2-2 en octobre 2008). Le dernier déplacement aux Féroé s'était d'ailleurs soldé par un petit 1-0 en août dernier...


Alors qu'arrive-t-il aux Bleus ? Est-ce un problème de mentalité ? Sous l'ère Domenech, force est de constater que les Français ne sont pas très joueurs. Gaël Clichy apporte une première explication. "On parle de sélection et qualification pour la Coupe du monde. Même si on ne devrait pas jouer avec le frein à main, on est humain, on a la pression", estime le Gunner qui vient de voir son équipe marquer autant de buts face à Blackburn (6-2) que les troupes de Domenech en neuf matches. A son image, tout le monde reste encore prudent et rappelle que "le plus important reste la victoire, y compris sur un score de 1-0". "Les Féroé restent sur une victoire alors que personne ne les attendait. Il faut toujours se méfier de ce genre d'équipe", reste également sur ses gardes Hugo Lloris, suspendu au Stade du Roudourou. S'ils veulent lâcher les chevaux, c'est pourtant maintenant ou jamais...


Anelka-Gignac titulaires ?


Reste à savoir avec quels joueurs. Durant les éliminatoires, 69 % des buts tricolores ont été l'oeuvre de Henry, Ribéry et Gourcuff. Or, les deux derniers seront absents. Quant à Titi, il n'est pas au mieux de sa forme en raison de problèmes persistants aux adducteurs. De son côté, s'il est titulaire au Real Madrid, Karim Benzema semble toujours condamné au banc en sélection. En Bretagne, Domenech devrait associer André-Pierre Gignac et Nicolas Anelka. Meilleur buteur de Ligue 1 la saison dernière, le Toulousain peine à retrouver son efficacité. Quant à Anelka, s'il flambe avec Chelsea, il n'a plus marqué chez les Tricolores depuis France-Serbie (2-1), le 10 septembre 2008. Le tableau n'est pas des plus réjouissants. Certes, l'expérience du Mondial 2002 a montré qu'avoir les meilleurs attaquants (Cissé, Henry, Trezeguet) ne garantit pas une avalanche de buts. Il est toutefois grand temps de retrouver le chemin des filets pour ne pas avoir de regrets. A moins que la Serbie ne gagne face à la Roumanie. Dans ce cas, sauf éventuelle sanction contre les Serbes, les Bleus seront quoi qu'il arrive condamnés aux barrages...