Les Bleus en questions

Voir le site Téléfoot

Les Bleus en questions
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2009-10-15T16:44:28.000Z, mis à jour 2009-10-15T16:44:28.000Z

Après les deux victoires contre les Iles Féroé (5-0) et l'Autriche (3-1), la France va devoir passer par les barrages pour rejoindre l'Afrique du Sud et le Mondial 2010. Raymond Domenech va avoir un mois pour préparer ces deux matches cruciaux et tirer les enseignements de cette semaine internationa

. Malouda-Benzema, plus que des remplaçants ?


Ils avaient une semaine pour se rappeler aux bons souvenirs du sélectionneur. Ils n'ont pas manqué l'occasion. Mis sous les feux des projecteurs après ses déclarations hasardeuses dans Téléfoot, Karim Benzema a parfaitement réussi son opération rédemption. Samedi, il avait séduit par son envie retrouvée dès ses premières minutes sur la pelouse du Roudourou avant de trouver les chemins des filets. Mercredi au Stade de France, il a poursuivi sur sa lancée. Volontaire dans la récupération du ballon, le Madrilène a fait l'étalage de ses qualités tout au long de la partie. Accélérations ravageuses, dribbles bien sentis et combinaisons inspirées, le Merengue s'est en plus offert son deuxième but en deux matches sous le maillot bleu. De son côté, Florent Malouda n'a pas été en reste. Quelques jours après son retour en terres costarmoricaines, le gaucher des Blues a été étincelant sur le pré vert de Saint-Denis. Percutant, il a été un poison permanent pour la défense autrichienne. Les deux anciens Lyonnais ont montré qu'ils avaient les épaules assez larges pour endosser le costume de titulaire. De quoi chambouler la hiérarchie dans l'esprit de Domenech ?


. Le 4-4-2, solution de rechange ?


Huit buts en deux matches. Voilà une éternité que la France n'avait pas connue pareille fête. Depuis le mois d'octobre 2007 en fait (ndlr : 0-6 aux Iles Féroé et 2-0 contre la Lituanie). Certes, la faiblesse des adversaires rencontrés cette semaine n'y est pas étrangère. Mais cette avalanche de buts est aussi une belle publicité pour le 4-4-2. Avec deux attaquants devant (Anelka-Gignac contre les Féroé, Henry-Benzema contre l'Autriche), les Français se sont montré plus dangereux dans la zone de vérité. Et parfois plus séduisants dans le jeu. Les rentrées attendues de Yoann Gourcuff et de Franck Ribéry le mois prochain pour les barrages devraient toutefois favoriser un retour au 4-2-3-1. "Ce sont les joueurs qui animent les systèmes. Et pas l'inverse. Les entraîneurs ne cherchent qu'une chose : mettre les joueurs dans les meilleures conditions" ne cesse d'expliquer Raymond Domenech. Et il parait difficile de se passer d'un Yoann Gourcuff quand il est en forme.


. Gignac incontournable ?


La réussite le fuit en Ligue 1 avec Toulouse (1 but). Elle lui colle à la peau quand il a le maillot bleu sur le dos. Lors de cette semaine internationale, André-Pierre Gignac a été étincelant. Après son doublé face aux Féroé, il a profité de la vingtaine de minutes offerte contre l'Autriche pour faire trembler les filets pour la troisième fois en deux matches. Raymond Domenech était déjà sous le charme avant ces deux rencontres de qualifications. Les deux prestations de l'ancien Lorientais devraient encore faire grimper sa cote. De là à lui garantir un une place dans le onze de départ lors des barrages ? Il n'y a qu'un pas à franchir même si la concurrence s'annonce rude avec Nicolas Anelka et Karim Benzema pour le poste d'avant-centre en cas de retour au 4-2-3-1.


. Lloris-Mandanda, le duel continue ?


Raymond Domenech assure qu'il ne faut y voir aucun enseignement pour l'identité de celui qui gardera la cage tricolore en barrages. Pour autant, son choix de remettre Hugo Lloris mercredi semble montrer sa préférence pour le Lyonnais. Face à l'Autriche, l'ancien Niçois a toutefois soufflé le chaud et le froid. Auteur d'une belle parade au début de match et de sorties intéressantes sur corner, il a ensuite relâché une balle qui a permis la réduction du score des Autrichiens par Janko (2-1, 48e) avant de rater une sortie sur la dernière action. Mandanda s'était montré plus serein face à la Serbie puis contre les Iles Féroé. "On ne sait pas ce qui se passera dans un mois", a résumé Domenech.