Bleus - Samir Nasri : "J'ai sali mon nom"

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par La REDACTION|Ecrit pour TF1|2014-02-13T12:50:00.000Z, mis à jour 2014-02-13T15:00:48.000Z

Samir Nasri a une fois de plus fait son mea culpa concernant son attitude avec l'équipe de France durant l'Euro 2012. Le milieu de Manchester City, qui espère jouer le Mondial 2014, estime avoir Sali son nom.

Dans une interview accordée à la radio RMC, Samir Nasri a renouvelé ses excuses pour son comportement lors de l'Euro 2012 avec les Bleus. L'international français avait en effet fêté son but contre l'Angleterre en prenant à partie les journalistes et avait carrément insulté l'un d'entre eux en zone mixte quelques jours plus tard après l'élimination contre l'Espagne.

« Je n'ai pas fait honneur à ce maillot »
Samir Nasri n'y est pas allé par quatre chemins : « J'ai des regrets par rapport à ce qu'il s'est passé à l'Euro 2012. Ce n'est pas la manière dont j'ai été éduqué. J'ai Sali mon nom, celui de mes parents aussi. Je n'ai pas fait honneur à ce maillot. Donc bien sûr que j'ai des regrets. » Rappelons que le joueur avait été suspendu en équipe de France par la FFF pour une durée de trois matches suite aux évènements survenus lors de l'Euro.

« Ce n'était pas ce qu'il fallait faire »
Aujourd'hui âgé de 26 ans, Samir Nasri explique son comportement par sa jeunesse de l'époque : « Quand on est jeune, on est insouciant. On croit tout savoir. Avec le recul, la maturité et une certaine forme d'intelligence, on se remet en question. Parce qu'on sait que ce qu'on a fait, ce n'était pas ce qu'il fallait faire. On n'est pas que 23 à jouer, on est avec 65 millions de personnes qu'on représente avec ce maillot. »

Samir Nasri ira-t-il au Brésil ?
Blessé le 12 janvier dernier lors de la rencontre entre Newcastle et Manchester City, Samir Nasri était censé rater deux mois de compétition. Mais le Français a déjà retrouvé le chemin de l'entraînement et devrait bientôt effectuer son retour dans le groupe. Dans ces conditions, le milieu offensif pourra défendre ses chances de figurer dans la liste des Bleus pour la Coupe du monde. D'autant qu'à son poste, Didier Deschamps n'a pas encore trouvé son bonheur.

Le sélectionneur a en tout cas déjà montré en le rappelant en 2013 que Samir Nasri n'était pas persona non grata en équipe de France. A lui de gagner sa place sur le terrain.