Bordeaux en patron

Voir le site Téléfoot

Bordeaux en patron
Par Eurosport.fr|Ecrit pour TF1|2009-11-25T21:51:00.000Z, mis à jour 2009-11-25T21:51:00.000Z

La qualification déjà en poche, Bordeaux s'est assuré la première place du groupe A en s'imposant contre la Juventus (2-0), lors de la 5e journée de la Ligue des Champions. Sans Gourcuff, les Girondins ont livré un match solide avant de faire la différence sur deux coups de pied arrêtés.

BORDEAUX - JUVENTUS TURIN : 2 -0
But : Fernando (54e ), Chamakh (90e+ 4)


Si Bordeaux avait perdu de sa superbe en championnat ces derniers temps, les Girondins ont été étincelants une fois de plus en Ligue des champions. Le billet pour les huitièmes de finale déjà en poche, ils n'avaient qu'à se contenter du nul face à la Juventus Turin pour assurer définitivement leur première place dans le groupe A. Mieux qu'une gestion, les hommes de Laurent Blanc ont maîtrisé leur rencontre d'un bout à l'autre.


Maîtres du ballon, mais sans cependant réussir à confirmer cette mainmise au tableau d'affichage en première période. Car si le premier quart d'heure fut totalement à l'avantage des Marine et Blanc, les occasions franches étaient finalement rares. Buffon devait certes s'employer sur un coup franc de Plasil (3e) tandis que la volée du Tchèque finissait à côté (10e). Les hommes de Laurent Blanc jouaient juste, dans le bon tempo, sans se précipiter en attaque et en se replaçant rapidement en défense. Mais c'est la dernière passe, rarement ajustée, qui pénalisait l'ensemble du jeu français.


Et même si la Juve revenait progressivement dans le match, il fallait attendre près d'une demi-heure de jeu pour qu'un Turinois réveille Carrasso et oblige le gardien tricolore à s'employer (Diego, 29e). Le Brésilien serait d'ailleurs le seul à forcer le néo-Bleu à jouer des poings pour écarter le danger (58e), Chiellini voyant sa frappe de la tête filer raser la transversale (22e). Deux arrêts à effectuer durant 90 minutes, c'était finalement bien trop peu pour inquiéter Laurent Blanc. En face, Gianluigi Buffon eut bien plus de travail à faire et retarda longtemps l'échéance. Marouane Chamakh se créait la plus belle occasion de la première période, mais il se heurtait à la main ferme du portier de la Squadra Azzurra (38e).


Chamakh intenable

Sous la houlette d'un Plasil omniprésent, à la baguette en attaque en l'absence de Gourcuff blessé, en soutien des défenseurs pour récupérer les ballons, les Girondins faisaient surtout la différence en défense. Leur pressing payant et haut gênait le développement du jeu turinois qui n'avait aucune solution et finirait pas s'agacer, enquillant les cartons jaunes (Camoranesi, Melo, Legrottaglie, Caceres). Et même si la Juve repartait pied au plancher au retour des vestiaires, le coup de chaud ne durait qu'un temps. Bondissant sur un coup franc de Plasil, Fernando trouvait l'ouverture de la tête (1-0, 54e).


Les débats étaient bien plus équilibrés en seconde qu'en première période, mais la formation piémontaise n'arrivait pas à régler le problème Chamakh, un temps incertain avant le match, mais incontournable durant toute la rencontre. Et en attaque, la lucidité avait quitté les Italiens, plus énervés que concentrés, qui rataient l'immanquable sur un centre de Del Piero filant devant la ligne et que ni Diego ni Amauri n'arrivaient à pousser au fond (64e).


Sans paniquer et toujours porté vers l'avant, Bordeaux justifiait pleinement son statut de leader du groupe en fin de match, ne se laissant pas intimider par un adversaire contraint de marquer. Conquérante, l'équipe aquitaine jouait le coup à fond avec notamment Trémoulinas, auteur d'un match énorme sur la gauche. Mais c'est sur un nouveau coup de pied arrêté que les locaux concluaient le match. Chamakh trouvait la récompense de tous ses efforts en catapultant la balle de la tête sur corner, malgré l'énorme faute de Caceres (2-0, 90e+4). Bordeaux disputera son dernier match face au Maccabi Haïfa l'esprit tranquille. En revanche, la Juventus devra batailler jusqu'au bout et notamment lors du dernier match face au Bayern Munich, victorieux d'Haïfa (1-0). Un seul point sépare désormais les deux équipes en quête du droit d'accompagner Bordeaux en huitièmes.