Bordeaux au rattrapage

Voir le site Téléfoot

Bordeaux au rattrapage
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-07T12:12:00.000Z, mis à jour 2010-04-07T12:12:00.000Z

Très critiquée depuis le match aller (3-1), la charnière centrale girondine va encore être sous les feux des projecteurs lors du quart finale retour de Ligue des Champions contre Lyon. L'arrière-garde bordelaise n'a pas le droit à l'erreur. Alou Diarra ou Marc Planus vont-ils changer la donne ?

Ils sont dans l'oeil du cyclone. Et pour le moment, ils cherchent toujours le moyen d'en sortir. Les défenseurs centraux de Bordeaux vivent des heures compliquées. Au pire moment. Depuis mardi dernier, ils sont pris dans la tornade médiatique. Leur performance catastrophique à l'aller lors de ce quart de finale très attendu entre deux équipes françaises a été mise en exergue par tout le monde dans l'Hexagone. Alors, évidemment, ils seront sous pression pour ce match retour.


Mardi lors de la conférence de presse d'avant match, Laurent Blanc n'a d'ailleurs pas cherché à protéger ses joueurs. Il a même remis une petite couche. "Essayons de régler ces problèmes de fébrilité sur le plan individuel, qui nous ont mis dans le doute. Il va falloir être bon défensivement car nos lacunes et notre fébrilité, elle est là, il faut la pointer. Elle est derrière", a lancé Le Président. Michaël Ciani et Ludovic Sané, coupables à Gerland, apprécieront. Les deux joueurs ne sont pas les seuls montrés du doigt. Samedi contre Nancy (1-2), Henrique, préféré à Sané pour épauler Ciani, a aussi été très en-dessous des espérances et a souvent été en retard.


Le pari Planus ?


Le problème défensif de l'équipe au scapulaire ne date pas d'hier. Avec 13 buts encaissés en 8 rencontres toutes compétitions depuis le début du mois de mars, les Aquitains ont perdu leur fameuse stabilité depuis quelques semaines maintenant. Et ce n'est pas bon signe avant de retrouver les Gones dans un match où Bordeaux aurait tout intérêt à conserver sa cage inviolée après sa défaite 3 à 1 à l'aller pour espérer continuer son aventure. A l'heure d'évoquer les ingrédients pour se débarrasser de Lyon, Jaroslav Plasil résume bien la situation :"Marquer des buts, ne pas en encaisser. On a des armes pour marquer des buts, mais il ne faut pas qu'on n'en prenne. Sur trois matches, on s'est pris beaucoup de buts ".


Si tout n'est pas rose pour les Girondins actuellement, tout n'est pas noir non plus. En premier lieu, Lisandro Lopez n'est pas là du côté de l'OL. Le poison lyonnais, qui avait mené la vie dure à la paire Sané-Ciani à Gerland, est suspendu. Ce n'est déjà pas négligeable pour la confiance des Girondins même s'il faudra contenir Bafé Gomis. Surtout, si Fernando est forfait, Alou Diarra sera là. Suspendue à l'aller, la sentinelle de la formation au scapulaire, à l'impact physique redouté, retrouve sa place en C1 pour tenter de stabiliser son équipe. Enfin, Laurent Blanc a peut-être une nouvelle carte dans sa manche en la personne de Marc Planus qui pourrait faire son retour.


Victime d'une entorse du ligament latéral interne du genou gauche, le défenseur a retrouvé le chemin des pelouses depuis quelques jours. Mardi, il a participé à l'entraînement avec le reste du groupe et a été retenu pour ce match par Laurent Blanc. Quand on connait son importance, son expérience et sa science du placement, le natif de Bordeaux serait un renfort de choix pour rassurer l'arrière-garde girondine. Reste qu'il n'a plus joué le moindre match depuis le 10 mars. Et Laurent Blanc ferait un sérieux pari en l'alignant pour une rencontre de ce niveau. Mais a-t-il vraiment le choix pour sortir sa défense du cyclone ? " Il fait partie du groupe. Je ne peux pas en dire plus", a laconiquement indiqué l'entraîneur bordelais, bien mystérieux...