Au bout de l’ennui, le PSG remporte la 100e Coupe de France

Voir le site Téléfoot

Cavani et Di Maria   PSG
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-05-27T21:25:47.416Z, mis à jour 2017-05-27T21:25:49.816Z

Le PSG a battu le SCO d'Angers sur la plus petite des marges pour conquérir la onzième Coupe de France de son histoire, synonyme de record dans la compétition. Et de troisième trophée national cette saison.

Au terme d’un match au dénouement cruel pour les Angevins, le PSG a remporté la 11e Coupe de France de son histoire sur la plus petite des marges grâce à un but contre son camp de Cissokho. C’est cruel pour le SCO.

Le SCO avait bien démarré…

La 15e finale d’un côté, la 2e de l’autre. Un budget illimité d’un côté, des moyens modestes de l’autre. Sur le papier, cette finale de la 100e Coupe de France avait tout d’une rencontre déséquilibrée et au final évident. On a tous pensé que les Parisiens ne feraient qu’une bouchée des Angevins, surtout pour se racheter d’une saison médiocre. Mais, comme souvent, le SCO n’a pas démérité, un constat qui a surtout valu en première mi-temps. Appliqués, les hommes de Stéphane Moulin ont fait ce qu’ils ont pu pour faire douter des adversaires plus talentueux qu’eux. Ce qui a globalement fonctionné pendant plusieurs minutes, les Parisiens, d’abord apathiques, ayant eu du mal à emballer un match en apparence facile, surtout parce qu’ils sont tombés sur un immense Letellier. Ils se sont même faits une frayeur au moment où Pepe a trouvé le poteau sur une sublime volée (27e).

…puis le PSG a accéléré

Malheureusement pour eux, les Angevins ne pouvaient pas répéter tous ces efforts, car il faut en faire beaucoup pour bousculer un club comme le PSG, et c’est sans surprise qu’ils ont vite commencé à reculer. Et encore plus dès l’entame de la seconde période. En retard sur les duels, en délicatesse sur les relances et moins inspirés, ils ont peu à peu perdu pied et l’issue paraissait de plus en plus inéluctable. Sauf que le 50e but de la saison d’Edinson Cavani se faisait désirer (il s'arrêtera à 49) et que le courage du SCO lui permettait d’espérer les prolongations, voire les tirs au but et plus si affinité. Mais le destin, cruel samedi soir, a voulu que les Parisiens soient sacrés avant le bout de la nuit, pas de l’ennui. Sur un ultime corner botté par Di Maria, Cissokho, alors au duel avec Matuidi, a repoussé le ballon dans sa propre cage (90e+1). Une vraie douche froide pour Angers, qui a caressé l’idée d’y croire.

Le PSG en mode record

Bien sûr, la physionomie et les statistiques du match donnent logiquement le PSG vainqueur, mais il a quand même manqué un soupçon de manière. Au final, on retiendra le résultat, une victoire synonyme de nouveau trophée pour le club depuis son passage sous l’ère Qatari. Avec cette onzième Coupe de France en poche, la 3e de rang, Paris bat un nouveau record et laisse Marseille derrière lui au palmarès de la compétition. Un symbole heureux, une lueur après une saison décevante terminée, quand même, avec trois trophées nationaux dans la besace (avec la Coupe de la Ligue et le Trophées des Champions). Pas les plus importants, en revanche, au vu des ambitions. Au passage, ce succès offre à Bordeaux, sixième de Ligue 1, une qualification pour le 3e tour préliminaire de Ligue Europa.