C'est la crise à Arsenal, mais Ferguson soutient Wenger

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-08-24T12:35:00.000Z, mis à jour 2011-08-24T12:40:37.000Z

Avec les départs de Cesc Fabregas et Samir Nasri, et la blessure de Jack Wilshere, Arsenal est aujourd'hui dans l'embarras. Mais Arsène Wenger a le soutien de son grand rival, Sir Alex Ferguson.

Depuis l'arrivée d'Arsène Wenger à Arsenal, en 1996, son club et celui d'Alex Ferguson, Manchester United, ont remporté 12 des 15 titres de champion d'Angleterre mis en jeu. Problème : parmi ceux-ci, MU en a trusté 9, et Arsenal n'a plus gagné le titre depuis 2004.

Cet été, Arsène Wenger a perdu les deux stars de son milieu de terrain (et de son équipe). Fabregas parti à Barcelone, Nasri à Manchester City, des départs que le technicien français n'a jamais souhaité. Le 11 juillet, voici ce qu'il avait confié : « On ne peut pas prétendre être un grand club si l'on vend ses meilleurs joueurs. Imaginez la pire situation dans laquelle nous perdrions Fabregas et Nasri. Vous ne pouvez pas convaincre les gens que vous êtes ambitieux après ça ».

Evidemment, « Mister Arsenal » a nié ces déclarations avant de déclarer au Daily Star : « Nous avons perdu 2 grands joueurs. La décision de vendre Nasri est logique. Supporter cette pression fait partie de mon travail. Nous montrerons que nous sommes assez forts pour faire avancer ce club. Je ne suis pas ici pour trouver des excuses ». S'il en a besoin, en voici : Jack Wilshere, son nouveau métronome, est blessé à la cheville pour plusieurs semaines. Tandis que Frimpong sera suspendu en Premier League.

Son plus grand rival et seul rival en termes de longévité (bientôt 25 pour Fergie, bientôt 15 pour Wenger) a tenu à le défendre, après des années d'affrontements. Il l'a fait dans The Sun : « On vit dans un monde de fous (...) On ne parle que d'Arsenal et d'un départ d'Arsène. Mais qui peut le remplacer ? C'est la situation la plus ridicule qui soit. Il a été incroyable. Il a emmené Arsenal à un niveau qu'ils ne penseraient jamais atteindre. Il doit continuer. Il ne doit pas écouter les critiques. La seule chose dont on a besoin dans ce jeu, ce sont des boules Quiès ».

Arsène Wenger devra effectivement faire fi des critiques et des doutes pour se consacrer sur 2 objectifs : le barrage retour de Ligue des Champions face à l'Udinese, et le recrutement (on parle de Hazard, M'Vila...).