Dans l'actualité récente

"Ça peut nous sourire"

Voir le site Téléfoot

'Ça peut nous sourire'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-09-30T12:28:04.000Z, mis à jour 2009-09-30T12:28:04.000Z

Pour Laurent Bonnart, l'OM doit se refaire une "virginité" après cinq buts encaissés en deux matches. Mais c'est le Real Madrid qui se présente ce soir… S'il est conscient des qualités de l'armada espagnole, il reste optimiste : "Si l'on retrouve notre force collective, ça peut nous sourire."

LAURENT BONNART, comment expliquez-vous la défaite de l'OM à Valenciennes (3-2) ?


L.B : On sait que l'on a fauté individuellement mais aussi collectivement. Samedi soir, on n'a pas mis tout ce qu'il fallait pour pouvoir gagner ce match. Car vu la physionomie de la rencontre, on pouvait l'emporter. Mais on n'a pas su répondre présent. Valenciennes a montré plus de détermination, d'engagement et de générosité que nous. C'est sur cette base-là que nous avons été battus.


Le groupe s'est-il remis en cause après cette contre-performance ?


L.B : Vous savez, l'expérience que l'on a accumulée nous permet de balayer cette défaite. Elle ne doit plus exister. On va peut-être perdre d'autres matches cette saison. Mais les circonstances seront différentes. Car ne pas être bon, ce n'est pas un problème quand on y met le c&oeligur, l'enthousiasme et l'envie. C'est déjà une base. On ne peut pas critiquer quelqu'un qui essaye et qui a du c&oeligur. C'est important de tout donner les uns pour les autres.


Marseille pointe maintenant à cinq points de Bordeaux après seulement sept journées. Ce retard au classement vous inquiète-t-il ?


L.B : Ce n'est pas le résultat de Bordeaux qui importe le plus. C'est notre parcours le plus important. Et le contenu de nos matches. C'était trop pauvre à Valenciennes pour espérer gagner et suivre les pas des plus costauds. Les Bordelais font un parcours exceptionnel : 19 points sur 21 possibles... La préoccupation première, c'est nous. Il faut progresser un maximum. Et puis on fera le bilan à la fin.


Quel a été le discours de Didier Deschamps après cette grosse désillusion ?


L.B : Il nous a dit qu'il souhaitait voir un autre visage de l'OM. Son discours nous a redonné un coup de punch. Maintenant, on a la chance de pouvoir jouer tous les trois jours. Et de se refaire une virginité collective…


La défaite à Valenciennes peut-elle vous permettre de rebondir en Ligue des champions ?


L.B : Ce que j'espère, c'est que cette défaite nous fasse avancer. Il est important qu'elle soit profitable au groupe. Il ne faut donc pas la banaliser ! Elle a en effet révélé des carences. On doit tous former un bloc. Et faire le dos rond. Si on ne doit pas négliger cette rencontre perdue, il faut aussi se dire que ça ne représente qu'une défaite. Il reste beaucoup de matches à disputer. Notamment celui de mercredi face au Real Madrid. On doit pouvoir provoquer la chance.


Vous pensez donc pouvoir résister au Real Madrid mercredi ?


L.B : Nous allons là-bas pour gagner. Je suis optimiste ! Ça peut nous sourire mercredi. A condition de retrouver notre force collective. On doit pouvoir mettre le talent individuel de côté pour travailler tous ensemble.


A quel niveau situez-vous le Real Madrid ?


L.B : C'est une équipe beaucoup plus forte que nous sur le plan individuel. Il faut les faire déjouer. Mais ce ne sera pas facile pour eux de s'imposer dans leur stade. Car ils ne sont pas totalement au point collectivement même si individuellement ils peuvent faire la différence à tout moment.