Le Cameroun sur un volcan

Voir le site Téléfoot

Le Cameroun sur un volcan
Par Laurent VERGNE|Ecrit pour TF1|2010-06-19T18:30:02.000Z, mis à jour 2010-06-19T18:30:02.000Z

Avec un groupe au bord de l'implosion et un sélectionneur sous le feu des critiques, le Cameroun n'est pas dans les conditions les plus idéales avant d'affronter le Danemark samedi. Les Lions Indomptables n'ont pourtant plus le choix après leur défaite face au Japon.

Il y a un peu de l'équipe de France chez les Lions Indomptables. Ce n'est pas forcément un compliment et pas forcément bon signe. Mais après un premier match complètement manqué, le Cameroun a peur du vide dans ce groupe E où il doit encore se coltiner le Danemark, samedi soir, puis les Pays-Bas. Rien que ça. Pas de fonds de jeu, un sélectionneur sous le feu des critiques, et des dissensions à peine voilées au sein du groupe, ça ne vous rappelle rien?


Contrairement aux Bleus, les Camerounais ont au moins encore leur destin en mains, malgré leur défaite face au Japon (1-0) pour leur entrée dans la compétition. Il est donc encore temps de sauver les meubles. Mais l'optimisme n'est pas de mise. Deux hommes sont donc particulièrement dans le viseur: Paul Le Guen et Samuel Eto'o. Au sélectionneur français, il est surtout reproché l'absence de structure du collectif. A la vue du match face aux Nippons, l'argument se tient. Le Guen, lui, essaie de calmer le jeu et ne veut pas tomber dans la polémique. "Il y a un climat d'après-défaite dans un premier match de Coupe du monde dans un groupe de joueurs africains. Ce n'est pas du tout péjoratif, mais les réactions sont différentes. Je préfère que les gens soient très mobilisés et aient conscience de l'état d'urgence", explique-t-il. Visé par la presse, Le Guen l'est aussi par certains cadres de son groupe, ce qui est plus grave.


Le Guen: "Je leur suggère de retrouver l'esprit des Lions"


Samuel Eto'o, de son côté, n'est donc pas épargné non plus. On stigmatise la différence entre ses performances en club et celles en sélection. Contre le Japon, il a effectivement été très décevant, comme s'il paraissait écrasé par le fait de devoir porter presque à lui seul le poids du destin du Cameroun. Mais c'est aussi son incapacité à fédérer le groupe qui pose problème. Au contraire, le groupe n'a jamais semblé aussi divisé, entre les pro Eto'o d'un côté, et les pro Rigobert Song de l'autre, soit l'actuel et l'ancien capitaine. Au moment où la sélection aurait besoin de faire corps pour ne pas sombrer définitivement, elle menace d'imploser.


Jeudi, la conférence de presse a tourné à la pièce de théâtre. A la fin de celle-ci, Eto'o est brusquement sorti de sa réserve à l'occasion d'une question sur l'existence de clans au sein du groupe et de problèmes relationnels entre lui et Achille Emana, également présent. La scène, surréaliste, s'est achevée par une accolade, immortalisée par les photographes, trop heureux de tenir la photo du jour. Mais sur le terrain, il faudra plus que du boulevard pour battre le Danemark et les Pays-Bas. "Je voulais juste préciser qu'il n'y a jamais eu de bagarre au sein de notre équipe nationale et il n'y aura jamais de bagarre tant que mes coéquipiers et mon entraîneur me font confiance", assure Eto'o. A voir.


On saura samedi si ces belles phrases valent quelque chose ou si elles ne masquent que du vent. Paul Le Guen, lui, a mis ses joueurs devant leurs responsabilités. "J'assume les miennes, dit l'ancien entraîneur du PSG, je fais l'équipe, la tactique, mais ils doivent retrouver un certain esprit, on parle souvent de l'esprit des Lions, je leur suggère de retrouver cet esprit là. Cela fait partie des discussions qu'on a eues depuis la défaite, il y a eu des performances en dessous de ce qui était attendu chez certains joueurs." En guise de conclusion, Eto'o s'est voulu rassurant: "Il faudrait qu'on n'ait pas de regrets après ce match, il faudrait que les Camerounais se disent qu'on a vraiment tout donné. Ma seule préoccupation, c'est de bien faire mon boulot. Quand on donne tout, la plupart des fois le Cameroun gagne". Mais sauront-ils tout donner et surtout tous ensemble?