CAN : des changements qui font débat

Voir le site Téléfoot

Le Cameroun remporte la CAN 2017
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-07-22T09:28:05.635Z, mis à jour 2017-07-22T09:28:06.533Z

Les prochaines CAN rassembleront 24 pays et se dérouleront l'été. Des réformes qui ne font pas que des heureux.

Le Comité exécutif de la CAF s'est réuni le 20 juillet pour entériner plusieurs changements liés à la CAN. La Coupe d'Afrique des Nations passera ainsi à 24 équipes et se jouera désormais de juin à juillet.

24 sélections

Dans le sillage de la Coupe du Monde (48 nations à compter de 2026) et de l'Euro (désormais disputé à 24), la CAN va augmenter son nombre de nations participantes. Si l'édition 2017 réunissait 16 sélections, il y en aura 24 à partir de 2019. D'un point de vue sportif, l'élargissement donnera sa chance à des pays de moindre envergure, ce qui aidera au développement du football dans tout le continent malgré une compétition qui perdra de sa superbe dans un premier temps. En revanche, la logistique risque de poser problème aux organisateurs et certains pays auront du mal à aligner les infrastructures nécessaires.

Juin-juillet

Habituellement, la CAN se jouait en janvier et février, une période paralysant certains clubs, obligés, parfois, de voir partir quelques éléments clefs de leur effectif (sans oublier le risque de blessure et l'exigence physique requise). La CAF a décidé de mettre fin à ce souci en organisant la compétition en juin et juillet. Le calendrier des joueurs concernés s'en verra rallongé au même titre que ceux qui disputent l'Euro ou la Coupe du monde. C'est sans doute la meilleure des réformes annoncées.

Qui du Cameroun en 2019 ?

Le grand perdant de cette mutation sera peut-être le Cameroun, qui pourrait perdre la CAN 2019, celle qui inaugurera ces changements. Le pays africain, qui avait accueilli l'évènement en 1972, n'aura peut-être pas le temps de s'adapter à la révolution, qui demande stades et hôtels supplémentaires. Une commission de la CAF sera chargée d'évaluer la situation en septembre. En cas d'avis défavorable, c'est le Maroc qui récupérerait la compétition.

L'UNFP salue les changements

Syndicat des joueurs professionnels évoluant en France, l'UNFP a tenu à saluer les décisions prises par la CAF, effectuées "dans l'intérêt des footballeurs africains." L'organisation ajoute, "Combien de joueurs africains évoluant en France, et plus largement en Europe, on été, depuis toujours, tiraillés entre leur club-employeur et leur devoir envers leur pays ?"