Dans l'actualité récente

Ils causent plus, ils flinguent

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Anthony PROCUREUR (avec AFP)|Ecrit pour TF1|2010-07-10T14:30:06.000Z, mis à jour 2010-07-10T14:30:06.000Z

Avant la finale, retrouvez les petites phrases qui ont marqué la Coupe du monde 2010. Premier volet : les 10 plus beaux tacles. Aussi à l'aise sur les terrains qu'en dehors, Eric Cantona n'a pas raté les Bleus. Avec Löw, Matthäus, Lahm ou Schumacher, les Allemands ne sont pas en reste.

CANTONA N'A PAS DIGERE


"C'est une bonne chose qu'ils soient rentrés à la maison. Une semaine de plus et ils se mangeaient entre eux. On a évité le cannibalisme" - Eric Cantona, passé maître dans l'art de jongler avec les bons mots, ne pouvait passer à côté de l'élimination précoce des Bleus. Une sortie par la toute petite porte qui le laisse visiblement sur sa faim.


MATTHAUS NE REGRETTE PAS BALLACK


"Je suis sincèrement peiné pour Michael Ballack, mais je dois avouer que son absence a aidé l'Allemagne" - L'ancien capitaine allemand Lothar Matthäus, détenteur du record des sélections (150), n'y est pas allé de main morte pour expliquer à sa façon le beau jeu pratiqué par la Mannschaft, privée de son capitaine blessé. Et si ça ne suffisait pas, il en a rajouté une couche : "Si Michael disait maintenant 'L'équipe est assez forte sans moi, je quitte définitivement la sélection pour me concentrer sur le Bayer Leverkusen', il montrerait qu'il est un grand monsieur." Au moins le message est clair.


MARADONA N'EST PAS AVEUGLE


"Pour Espagne-Portugal (1-0), l'arbitre était terrible ! Le carton rouge contre un Portugais était injuste, et souvent, il n'a pas laissé le match se dérouler normalement. Il y a des fautes qui n'ont pas été sifflées. Et le but de Villa, il était hors-jeu. Mais je ne veux pas provoquer... L'arbitre c'était Andrea Bocelli" – Diego Maradona s'est fait un nouvel ami durant la Coupe du monde : son compatriote Hector Baldassi, arbitre du 8e de finale Espagne-Portugal, comparé au ténor italien aveugle.


LÖW DEGAINE PLUS VITE QUE SON OMBRE


"On n'a pas eu beaucoup de coups francs contre l'Angleterre, car nos joueurs étaient peut-être trop rapides pour que les Anglais fassent des fautes" - Visiblement, le sélectionneur allemand Joachim Löw sait mieux que quiconque que la meilleure défense, c'est l'attaque. Après une large victoire face à l'Angleterre (4-1), même lui s'est laissé aller à chambrer.


CRUYFF N'A PAS AIME LE BRESIL


"C'est une honte pour les supporters et pour la compétition" - Johan Cruyff, légende du football néerlandais et chantre du beau jeu, s'est montré très critique envers le football pratiqué par l'équipe du Brésil avant son élimination en quarts de finale face aux Pays-Bas (2-1). "Nous sommes en démocratie. Chacun est libre d'aller voir les matches qu'il veut", a rétorqué le sélectionneur auriverde Dunga alors que Cruyff avait déclaré qu'il ne serait pas prêt à payer son billet pour aller voir cette équipe du Brésil.


PELE-MARADONA, C'EST LA GUERRE


"Ce n'est pas un bon sélectionneur, car il a mené un style de vie bizarre et cela passe rarement bien auprès d'une équipe" - Comme à son habitude, La légende du football brésilien Pelé n'a pas ménagé Maradona dans le magazine spécialisé allemand 11Freunde. La réponse du Pibe de Oro, qui avait affirmé avant le Mondial que la place du Brésilien était "au musée" et s'en était également pris à Michel Platini, n'a pas tardé à fuser : "Platini m'a envoyé une lettre m'expliquant qu'il n'avait jamais dit ce que vous (les journalistes) écrivez, alors je m'excuse auprès de Platini. Mais pas de Pelé".


SHEARER, QUELQUES GRAMMES DE FINESSE


"Fabio Capello est un homme intelligent, cultivé, qui a rencontré le succès comme entraîneur, comme le démontre son palmarès. J'espère juste qu'il n'est pas également têtu" - L'ancien attaquant international anglais Alan Shearer a une façon toute britannique pour critiquer les choix tactiques du sélectionneur de l'Angleterre. La suite de son analyse est beaucoup plus imagée : "Un joueur de foot, c’est comme une femme, il ne faut pas le forcer à jouer dans des positions qu’il n’affectionne pas."


LAHM DANS LE MILLE


"Ce n'est pas mon boulot de déterminer qui tire les penalties. Ce n'était pas une mauvaise décision que Lukas le tire. La mauvaise décision, c'est d'avoir tiré du mauvais côté" - Qui aime bien châtie bien. C'est ce qu'a dû se dire le capitaine Philipp Lahm après le penalty raté face à la Serbie (0-1) par son coéquipier Lukas Podolski. Pourtant, c'est Bastian Schweinsteiger qui aurait dû le tirer...


QUAND ZIDANE SE FACHE...


"C'est aussi un problème lié au sélectionneur. Il faut aussi se dire les choses. C'est-à-dire que ce n'est pas un entraîneur, je pense qu'il a fait une sélection, il a sélectionné des joueurs et à un moment donné il faut que cette équipe arrive à jouer ensemble. C'est lui le sélectionneur, c'est lui qui commande" – Si Zinedine Zidane dit que ça n'est pas bien, ça ne doit vraiment pas être bien. Et c'est Raymond Domenech qui en prend pour son grade.


SCHUMACHER, OLD SCHOOL


"L'Angleterre n'est plus la patrie-mère du football, plutôt la grand-mère" - Harald Schumacher, le méchant gardien allemand qui avait commis un attentat sur Parick Battiston en 1982, a toujours le tacle sévère. Après la victoire de l'Allemagne (4-1) entachée par un but refusé, 44 ans après le but anglais litigieux lors de la finale du Mondial 1966, l'ancien international allemand a toutefois montré un peu plus de finesse.