Champion avec le Bayern Munich, Carlo Ancelotti entre dans la légende

Voir le site Téléfoot

RTX2UEH9
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-04-30T11:50:14.511Z, mis à jour 2017-04-30T11:50:16.229Z

Italie, Angleterre, France et maintenant Allemagne : Carlo Ancelotti s'est imposé dans quatre des cinq grands championnats. Personne ne l'avait fait avant lui.

Carlo Ancelotti est le premier entraîneur de l’histoire à remporter quatre des cinq grands championnats européens actuels. Il ne lui reste plus que l’Espagne pour faire carton plein. Une vraie légende.

Cinquième titre de suite pour le Bayern Munich

Samedi, le Bayern Munich s’est adjugé son cinquième titre de Bundesliga de rang en étrillant Wolfsburg sur le score de 6 à 0. Il s’agit du premier trophée de Carlo Ancelotti en Allemagne et il lui permet d’inscrire son nom dans l’Histoire du football : il est le premier entraîneur a être sacré dans quatre des cinq grands championnats européens actuels (Espagne, Angleterre, Italie, France et Allemagne). Par le passé, l’Italien a gagné avec l’AC Milan (2004), Chelsea (2010) et le PSG (2013). On rappellera que José Mourinho a, lui aussi, été couronné dans quatre pays différents du vieux continent, mais le championnat du Portugal ne faisait pas partie du top 5 quand son FC Porto l’a remporté (2003 et 2004).

« Je suis très heureux »

Carlo Ancelotti a forcément partagé son bonheur après l’écrasante victoire du Bayern Munich, « Je suis très heureux, cette victoire est une expérience fantastique. Je veux remercier ce grand club. Nous méritions ce titre et nous avons joué un bon football. Maintenant c'est l'heure de faire la fête. » Karl-Heinz Rummenigge, président du directoire du club bavarois a ajouté, « Nous l'avions dit avant la saison, le championnat est le titre qui nous tient à coeur. Cinq fois de suite, c'est incroyable. Nous avons totalement mérité notre titre. »

Le regret espagnol

Carlo Ancelotti doit néanmoins nourrir un regret de taille : ne pas avoir été capable d’enlever la Liga pendant les deux saisons qu’il a vécues au Real Madrid, alors qu’il en avait clairement les moyens. S’il y était parvenu, il aurait réalisé une prouesse encore plus historique. Mais on se souviendra quand même qu’il est l’homme derrière la décima du Real en Ligue des Champions. Et rien ne dit qu’il ne retournera pas, un jour, en Espagne pour s’offrir ce cinq sur cinq.