Euro féminin : Une nouvelle déception pour les Bleues

Voir le site Téléfoot

Téléfoot - Coupe du monde féminine : les Bleues trébuchent
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2017-07-31T08:40:27.940Z, mis à jour 2017-07-31T09:14:55.336Z

La France, troisième du classement FIFA, faisait partie des favorites du tournoi. Son parcours s’est arrêté dès les quarts de finale après quatre matchs médiocres. Le plus mauvais des signaux à deux ans de la Coupe du monde en France.

La France était arrivée à l’Euro pleine d’ambition et sûre de sa valeur après 11 matches sans défaite et une troisième place au classement FIFA des meilleures nations mondiales. Elle quitte les Pays-Bas sans avoir convaincu, éliminée dès les quarts de finale, pour la troisième fois d’affilée. Les Bleues ont beaucoup de travail devant elles avant la Coupe du monde 2019, à domicile.

Jamais dans le coup

Après le premier tour passé au courage et terminé à la deuxième place d'un groupe qui lui semblait acquis et malgré un niveau de jeu poussif, l'équipe de France s'était convaincue de sa capacité à aller loin dans la compétition. Face à l’Angleterre, devant les 6 000 spectateurs du stade De Adelaarshorst, l’attaquante parisienne Marie-Laure Delie a manqué deux occasions en début de rencontre, dont une frappe  à la 11e minute. En seconde période, une tête d’Eugénie Le Sommer a rasé le poteau (53e) et Delie n’a pas su profiter d’un ballon qui traînait dans la surface (63e). Entre-temps, Jodie Taylor, la meilleure buteuse du tournoi, avait froidement donné l’avantage aux Anglaises, à la conclusion d’une action débutée par une balle perdue par Le Sommer (60e).


«Trop de déchet technique»

«Ce soir (hier soir), on ne méritait pas de prendre un but comme ça. Mais on a joué avec le feu. Ce qui nous a manqué, c’est de l’agressivité, du jeu, de la folie », a analysé la capitaine d’un soir Amandine Henry. « Il y a aussi trop de déchet technique de notre côté pour les mettre un peu plus en difficulté», a ajouté Wendie Renard, suspendue pour la rencontre. Plutôt que ressasser un nouveau tournoi manqué - depuis l'Euro 2013, l'équipe de France a systématiquement échoué en quarts de finale lors des grands rendez-vous - les Françaises ont préféré se tourner vers leur avenir proche : la Coupe du monde 2019, organisée dans l’Hexagone. «On sera attendues et il faudra passer ce cap-là. On aura nos supporteurs, j’espère qu’on fera mieux», a souhaité Eugénie Le Sommer.

«Déçu par le niveau de mes adversaires»

Olivier Echouafni sera t-il encore l'homme de la situation dans deux ans? Sélectionneur à la tête des Bleues depuis le 9 septembre 2016, il n'a pas réussi à magnifier cette équipe de France dans cet Euro (3 buts marqués en 4 matches, aucun dans le jeu) . Ainsi, après cet échec, il tentait d'exprimer  au micro d'Eurosport les sentiments qu'il ressentait : «Ce n'est pas réellement une déception, il y a un peu de frustration. C'est difficile à accepter, on aurait mérité mieux.» Et si le coach est frustré, c'est davantage à cause de ses adversaires que de ses propres joueuses : «Je suis surtout déçu par la qualité de jeu de nos adversaires. Dans notre groupe, on n'avait que des équipes qui attendaient, qui ne produisaient pas de jeu, donc pas de spectacle et malgré cela, on a réussi à se créer des situations.» Olivier Echouafni est sous contrat jusqu'en 2018.