Les champions d'Europe : Milan, Marseille, Barcelone, Munich, Chelsea

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2010-05-17T13:34:00.000Z, mis à jour 2010-05-17T13:34:00.000Z

A moins d'une semaine de la finale de la Ligue des champions au stade Santiago Bernabeu de Madrid, les grands championnats européens ont tous livré leurs verdicts. Tour d'horizon des champions de cette saison 2009-2010...

France : la Marseillaise
17 ans. Depuis 1993 et ce dernier titre, dont le club fut destitué par la suite à cause de l'affaire VA-OM, les supporteurs marseillais attendaient de retrouver le sommet de la Ligue 1. Il aura fallu attendre la valse de la fin des années 90 et l'hégémonie lyonnaise du début du siècle avant de revoir le club faire honneur à sa devise : droit au but. Et c'est tout sauf un hasard, le retour des titres (l'OM a également remporté la Coupe de la ligue cette saison) coïncide avec l'arrivée au poste d'entraîneur de Didier Deschamps, ce même Deschamps qui avait gagné le dernier titre du club en tant que capitaine. Malgré une première partie de saison compliquée et des désillusions européennes, l'OM a réussi la saison quasi parfaite : Coupe de la ligue, champion de France, meilleur buteur (Mamadou Niang), meilleur passeur (Lucho Gonzalez). Une récompense logique au vu de l'excellent travail effectué depuis plusieurs années par le staff mené par le directeur sportif José Anigo.

Angleterre : la vie en Blues
Chelsea le voulait, Chelsea l'a eu. Depuis 2006, le titre de champion leur échappait malgré les milliards du président Abramovic. Préoccupés par une quête usante de la Ligue des champions, objectif d'ailleurs toujours pas atteint, les Londoniens avaient décidé cette année de recentrer leur priorité sur le championnat national. Et ça s'est vu. Carlo Ancelotti, arrivé dans cette optique, a su redonner de l'élan à un groupe ayant peu bougé à l'intersaison mais de grande qualité. Avec en point d'orgue le retour en forme de Didier Drogba, qui finit meilleur buteur du royaume. Le tout couronné par une victoire en FA Cup pour un joli doublé.

Espagne : viva Barça !
Et de 20 titres pour le FC Barcelone. Le club catalan a finalement gagné le duel qui l'opposait cette année à son rival de toujours, le Real Madrid. Un duel au sommet plus que jamais d'actualité cette saison puisque les deux équipes terminent loin devant le troisième du classement avec un total de points hallucinant. 99 points pour les Blaugranas, 96 pour le Real, quand le FC Valence complète le podium avec « seulement » 71 points ! Autant dire que Catalans et Castillans ont régné sans partage sur la Liga, avec à leur tête les deux meilleurs joueurs du monde, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Le feu follet argentin a finalement eu raison de l'élégance du Portugais au terme d'une saison palpitante jusqu'à la dernière journée.

Italie : l'Inter de Mourinho
Après une 38e journée suffocante, l'Inter de Milan a décroché son cinquième titre de champion consécutif. L'AS Roma se sera battue jusqu'au bout, mais en vain. L'équipe du « Special One », José Mourinho, est peut-être en train d'écrire la plus belle page du club, avec en ligne de mire un triplé historique. Car les Nerazurri ont d'ores et déjà réussi le doublé coupe/championnat, et il ne leur manque plus que la victoire en Ligue des champions pour que la fête soit complète. Mais sur leur route se dressera un adversaire qui ne l'entend pas de cette oreille, le Bayern Munich...

Allemagne : merci « Robéry »
Les grands clubs ne meurent jamais, dit la maxime. Le Bayern Munich l'a une fois de plus prouvé cette année avec un titre de champion glané malgré un parcours en dents de scie. Mais le club bavarois a pu compter dans les moments difficiles sur son duo de choc, Arjen Robben / Franck Ribéry, deux joueurs de classe mondiale. Ajoutez à cela un capitaine de la trempe de Van Bommel, quelques internationaux allemands, et voilà le travail. A l'instar de l'Inter de Milan, le Bayern Munich, détenteur de la Coupe d'Allemagne, tentera le triplé samedi prochain en finale de la Ligue des champions. Mais sans Ribéry, suspendu.