Chelsea : José Mourinho défend Fernando Torres

Voir le site Téléfoot

error
Par Gwendoline NATALI|Ecrit pour TF1|2013-06-16T15:27:00.000Z, mis à jour 2013-06-16T15:31:09.000Z

Convoité par certains clubs européens, l'attaquant espagnol Fernando Torres a affirmé vouloir rester à Chelsea avec José Mourinho. L'entraîneur portugais l'a d'ailleurs défendu lors d'une interview accordée au Daily Mirror.

José Mourinho conservera-t-il Fernando Torres à Chelsea ? Une chose est sûre le Portugais dresse un bilan plutôt mitigé de la saison de l'attaquant mais ne l'accable pas pour autant. Reste à savoir si le Special One compte ou non sur l'Espagnol.

Le Barça intéressé

Vingt-deux réalisations toutes compétitions confondues dont dix en Coupe d'Europe avec Chelsea : Fernando Torres revient peu à peu sur le devant de la scène après une saison à oublier. Des statistiques plutôt flatteuses pour l'attaquant de 29 ans. Si bien que l'ancien joueur de Liverpool serait courtisé par le FC Barcelone. Le club catalan serait même prêt à dépenser 20 millions d'euros pour s'attacher ses services.

« Pas de meilleurs endroits »

Mais ce samedi, dans un entretien au quotidien AS, Fernando Torres a décliné toutes offres. El Nino a été clair : il ne souhaite pas quitter Chelsea lors de ce mercato. « J'apprécie que des grands clubs comme le Barça s'intéressent à moi. Mais je veux respecter le contrat que j'ai signé, gagner des titres et être le meilleur à mon poste ici ». Et pour mettre toutes les chances de son côté, l'Espagnol s'est même voulu élogieux concernant son futur entraîneur José Mourinho : « Son palmarès parle pour lui. Il n'y a pas de meilleur endroit ni de meilleures conditions pour jouer qu'à Chelsea avec Mourinho ».

« Du bon et du mauvais »

Interrogé ce week-end par le Daily Mirror, José Mourinho lui a rendu la pareille. Sans l'encenser, le néo-technicien des Blues a su défendre l'attaquant espagnol : « Torres a pour le moment été comme ci, comme ça à Chelsea. Certains espéraient plus de lui au vu de son potentiel, mais il n'a pas été si mauvais, ou en tout cas pas aussi mauvais qu'on a essayé de le faire croire. Il y a du bon et du mauvais ». Voilà qui devrait un peu rassurer l'avant-centre de la Roja.