Dans l'actualité récente

Chelsea : Mourinho tacle Guardiola, Ancelotti, Benitez et Wenger

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2015-10-08T14:36:00.653Z, mis à jour 2015-10-08T14:40:46.691Z

Habitué à livrer le fond de sa pensée sans ambages, José Mourinho s’en est pris aux plus grands entraîneurs européens. Le Portugais n’y va pas de main morte.

Passé maître en matière de provocation, José Mourinho a rajouté quelques lignes à la rubrique « polémiques » de son C.V. cette saison. Le Special One s’en est d’abord pris à Eva Carneiro, l’ancien médecin de l’équipe, avant de tacler un journaliste en conférence de presse, et de refuser de démissionner. Malgré la 16ème place de Chelsea cette saison en Premier League, Mourinho a assuré le spectacle dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport en taclant les plus grands techniciens de la planète.

« Il est en train de devenir chauve »

Présentés comme les deux meilleurs entraîneurs de la planète, José Mourinho et Pep Guardiola ont entretenu une forte rivalité entre 2010 et 2012, alors qu’ils entraînaient respectivement le Real Madrid et le FC Barcelone. Visiblement, le Special One n’aime toujours pas le manager du Bayern Munich. Il l’a taclé dans les colonness de la Gazzetta dello Sport : « Si tu aimes ce que tu fais, tu ne perds pas tes cheveux. Regardez Guardiola : il est en train de devenir chauve. Ça veut dire qu’il n’aime pas le football. »

Après le départ de Mourinho à Chelsea en 2013, Ancelotti avait pris sa succession sur le banc du Real Madrid. Au bout de sa première année, l’Italien avait réussi à remporter la Ligue des Champions, ce que n’avait pas réussi à faire le Portugais en trois saisons. Visiblement, José Mourinho l’a oublié : « Dans l’histoire de la Ligue des Champions, il n’y a qu’un seul club et qu’un entraîneur qui menaient 3-0 et qui ont perdu la finale. »

Après avoir mené l’Inter Milan jusqu’au gain de la Ligue des Champions, José Mourinho avait cédé sa place d’entraîneur à Rafael Benitez. Une bonne décision ? A priori, non : « En six mois, il a détruit la meilleure équipe d’Europe. »

« Il ne gagne rien »

La rivalité entre José Mourinho et Arsène Wenger n’est pas nouvelle en Angleterre. Le Portugais a profité de son interview pour tacler une nouvelle fois le Français : « Nous sommes tous sous pression, mais lui c’est le seul qui fait ce qu’il veut. Il ne gagne rien mais il a encore son emploi. »



L’actuel entraîneur de Leicester City, Claudio Ranieri, en prend également pour son grade : « Il a vécu cinq ans en Angleterre et il a encore du mal à dire good morning et good afternoon. À presque soixante-dix ans, il a gagné une Supercoupe et une autre petite coupe. Il est trop vieux pour changer de mentalité. »

Troll de compétition, José Mourinho pensait que Zdenek Zeman était un joueur : « Où joue Zeman ? Ah, c’est un entraîneur. Je ne le savais pas. Je regarderai sur Google pour voir ce qu’il a fait, ce qu’il a gagné. »

« C’est un bon ami »

Au milieu de tous ces tacles bien appuyés, José Mourinho a lancé quelques fleurs à certains de ses collègues. Il a ainsi fait l’éloge du sélectionneur de l’Italie, Antonio Conte : « Les tifosi l’appellent le Mou italien ? Cela m’honore. J’aime Antonio comme entraîneur. C’est un gagneur, il sait ce qu’il veut, il a du charisme. » Même son de cloche pour Jürgen Klopp : « C’est un bon ami, s’il vient en Premier League, il sera le bienvenu. »