Chine : les vacances dorées de Carlos Tévez

Voir le site Téléfoot

Carlos Tevez
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2018-01-16T14:40:35.205Z, mis à jour 2018-01-16T14:40:36.389Z

De retour à Boca Junior après une pige de sept mois au Shangaï Shensua, Carlos Tevez a tenu un discours qui ne devrait pas plaire à son ancien employeur. "En Chine, j'étais en vacances pendant sept mois", dit-il.

Peu emballé par son séjour en Chine, l'ancien attaquant de Manchester United n'a pas caché avoir rejoint le Shangaï Shensua pour le seul appât du gain.

"J'étais en vacances pendant sept mois"

De retour au bercail depuis quelques jours, Carlos Tévez a quitté le Shanghai Shenhua sur un constat d’échec. Mais, l’Apache s’amuse aujourd'hui de cette situation plus qu’autre chose. Dans un entretien à TyC Sports, il a affirmé que c’était une énorme erreur que d’être allé en Chine en dépit du salaire colossal qu’il y touchait. "J’étais en vacances pendant sept mois en Chine, a-t-il lâché avec une dose de narcissisme. Le président et l’entraineur de Shanghai me critiquent, mais moi je ne sais toujours pas ce que je faisais là-bas. Je sais qu’il y a des gens qui ont été dérangés par la manière dont je suis parti, mais c’est normal. Je n’étais pas en position de donner le meilleur de moi-même."

Une clause de retour à Boca dans son contrat

Tévez a donc passé ses "vacances" en Asie à compter ses millions, avec un salaire mensuel de 3,2 millions d'euros et une une prime de 38 millions pour avoir marqué quatre buts en vingt matchs. Le jackpot, donc. Sauf que Tévez avait tout prévu : "Quand j'ai signé mon contrat en Chine, j'avais demandé à inclure la clause de retour à Boca. J'ai toujours eu l'instinct, je suis parti en sachant que je reviendrai. En Chine, j'étais comme une idole, j'avais le numéro dix, le brassard de capitaine, mais il y a d'autres choses qui affectent ton humeur, ton désir..." 

Un retour joué à pile ou face

Toujours dans la même émission, Santiago Domínguez, un ami du footballeur, va plus loin et dévoile les coulisses du transfert : "On était réunis en famille et je lui dis : "Bon, alors, qu'est ce qu'on fait ?". Tévez sort une pièce de sa poche et dit : "Face, je reste en Chine. Pile, je rentre en Argentine". Et maintenant, il est ici." Avant ces sorties qui ne manqueront pas de froisser ses anciens employeurs, Tévez avait déjà suscité le mécontentement des supporters de Shanghai peu après son arrivée en faisant une virée à Disneyland le jour d’un match de son équipe alors qu’il était prétendument blessé. Il avait aussi fait la une des journaux en critiquant ouvertement le niveau de cette formation.