Contador : La première réaction du football espagnol

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-02-08T09:31:00.000Z, mis à jour 2012-02-08T12:59:50.000Z

L'annonce de la suspension d'Alberto Contador a provoqué une vague d'indignation importante dans l'ensemble du pays. La presse espagnole n'accepte pas la sanction tandis que plusieurs sportifs ibériques affichent leur soutien au cycliste. Le football espagnol commence à joindre le mouvement.

Deux jours après la décision du Tribunal Arbitral du Sport, la tension n'est toujours pas redescendue en Espagne.



Un sketch des Guignols de l'Info caricaturant la réussite suspecte des sportifs espagnols a suffi pour provoquer des réactions en chaîne. Alvaro Arbeloa fut le premier footballer a apporté son soutien au cycliste sur son compte Twitter en faisant preuve d'une certaine suffisance « Nous ne gagnons pas par hasard, nous gagnons car nous sommes les meilleurs. C'est la vie ». En français dans le texte pour la dernière phrase.




Le sport espagnol s'est senti attaqué par la suspension pour deux ans d'Alberto Contador. Le triple vainqueur du Tour de France avait pourtant été blanchi par sa fédération pour son contrôle positif au clenbuterol. La colère est forte envers l'instance disciplinaire mais aussi contre la France, accusée de jalousie vis-à-vis du succès de l'Espagne en sport.




Alberto Contador n'est pas le premier sportif ibérique rattrapé pour des affaires de dopage. L'affaire de dopage dite Puerto qui secoua le sport espagnol en 2006 n'avait abouti qu'à la suspension de plusieurs cyclistes. A l'époque, le Monde avait soupçonné le FC Barcelone d'entretenir des liens avec un médecin accusé dans l'affaire. Le journal avait finalement été condamné en appel pour diffamation mais plusieurs cyclistes incriminés, comme Alejandro Valverde, affirment que le système de dopage était généralisé dans plusieurs sports.


De nouvelles réactions de footballers espagnols sont à attendre face à l'émotion provoquée par la suspension.